Université de Kinshasa : retour au calme après la tension de l’avant-midi


 
Le site de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) a retrouvé provisoirement son calme après la tension qui y a régné l’avant-midi de ce vendredi 16 novembre et les échauffourées de jeudi 15 novembre, qui ont coûté la vie à un étudiant. 
 
Un début de manifestation a été étouffé le matin par la police nationale dépêchée sur place. Cette police, d’après le colonel commandant de l’opération, a reçu des “instructions formelles” de ne pas fouler les pieds dans le site universitaire. De ce fait, dans la mi-journée le site universitaire ressemblait à “un village fantôme”, en signe de deuil d’après les étudiants interrogés par Radio Okapi. 
 
D’après les explications de quelques gardes universitaires trouvés sur place, des étudiants un peu effarouchés à la suite de la mort de leur camarade ont saccagé le poste de la garde universitaire, détruit deux véhicules vers les cliniques universitaires et ont saccagé l’antenne de connexion wifi du campus.  
 
Selon les mêmes sources, il y aurait des jeunes désœuvrés non étudiants et autres délinquants du quartier Kindele qui se seraient infiltrés parmi les étudiants pour commettre tous ces forfaits. Cette information confirmée par le commandant des opérations de la police. D’après lui, la police a identifié et indexé certains jeunes communément appelés Kuluna du quartier Kindele dans les rangs des étudiants manifestants.  
 
Pour l’heure, la situation est calme, une réunion des autorités universitaires devrait avoir lieu ce vendredi. 
Les étudiants manifestaient pour la levée de la grève des professeurs de l’UNIKIN.  
 
Deux morts, un policier arrêté 
 
Dans un communiqué publié par le Commissariat provincial de la police ville de Kinshasa, la police indique que les manifestations de colère organisées par les étudiants de l'Université de Kinshasa contre la grève des professeurs ont causé plusieurs dégâts matériels et humains. Deux étudiants ont perdu la vie de suite des blessures causées par balle, note le communiqué.  
 
« Le commissariat provincial regrette ces pertes en vies humaines et assure qu'il ne peut en aucun cas tolérer la mort d'une personne innocente. La police appelle les étudiants au calme et informe l'opinion que toutes les dispositions sont prises pour établir les responsabilités de ces actes afin que les coupables répondent de leurs actes conformément à la loi. Déjà, le policier qui a tiré lundi sur un de deux étudiants décédés a été mis aux arrêts et sera déféré à l'auditorat militaire », indique le document signé par le général Sylvano Kasongo. 
 
La police ville de Kinshasa met en garde tout policer qui utilisera les armes à feu pour les interventions sur les sites universitaires, ajoute le communiqué.  
 
Le bilan de ces événements fait état, hormis la mort de ces deux étudiants, de 8 policiers grièvement blessés, 12 véhicules endommagés dont trois appartenant à la police et neuf aux privés.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

Ceni (63)
Elections (60)
Ebola (59)
RDC (57)
FARDC (53)
élection (46)
Monusco (46)
Beni (40)
ADF (37)
FCC (34)
Caf (28)
Opposition (24)
Vclub (24)
Léopards (20)