Nord-Kivu : journée ville morte pour dénoncer l’insécurité à Masisi et Nyabiondo

Les habitants de Masisi Centre et Nyabiondo ont organisé vendredi 15 février une journée ville morte pour dénoncer l’insécurité dans cette partie de la province du Nord-Kivu. Cette action a été initiée par la coordination territoriale de la société civile de Masisi.

Toutes les activités sont restées paralysées. Le marché hebdomadaire n’a pas fonctionné au chef-lieu du territoire.

Le dernier cas de cette insécurité, est celui de l’enlèvement, le 8 février dernier, de deux agents de l’organisation MSF/Belgique par les hommes armés sur l’axe Nyabiondo.

La société civile demande aux autorités de sécuriser les civiles et les humanitaires qui sont au service des communautés locales. 

Gisèle Bahati, présidente de la société civile du territoire de Masisi recommande aux responsables politiques et autres décideurs de renforcer la présence des militaires pour mettre fin aux kidnappings.

Vous pouvez l’écouter ici :

/sites/default/files/2019-02/05._160219-p-f-goma_son_fr_ville_morte_dans_le_masisi.mp3

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner