Masisi : calme précaire, situation humanitaire préoccupante

Regroupement des déplacés dans une localité au Nord Kivu

Regroupement des déplacés dans une localité au Nord Kivu

Un calme apparent règne depuis ce vendredi après midi à Masisi et ses environs après des combats qui ont opposé les FARDC aux CNDP dans les collines surplombants le centre du territoire de Masisi à environ 60 Km à l’ouest de Goma. Les habitants ainsi que les déplacés des derniers affrontements ont fui depuis ce vendredi matin restent encore en refuge.

Ces déplacés sont localisés à Nyabiondo, Loashi, Bukombo à une vingtaine de kilomètre à l’ouest, sur la route de Walikale. rnDans un communiqué publié ce vendredi, le ministre congolais de la défense Chikez Diemu réaffirme le cessez-le-feu signé le 23 janvier 2008 et qui engage tous les groupes armés à son strict respect. rnLe CNDP parle de la violation du cessez le feu par l’armée nationale qui a essayé de reconquérir certaines localités qui sont sous leur contrôle.
De leur part, les militaires disent avoir repoussé le CNDP qui aurait subi d’énormes pertes. Un officier basé à Masisi indique que, le chef lieu du territoire est sous leur contrôle. De son coté un cadre du Pareco dit que leurs éléments continuent à s’affronter aux CNDP dans les villages de Lukofu vers Kilubi sur la route de Nyabiondo. Les localités de Kahongole, Kanyati et Biziye, qui surplombent Masisi-Centre restent encore désertes après des violents combats entre les Fardc et le CNDP.

Néanmoins certaines personnes qui ont trouvées refuge dans des bases de la Monuc à Masisi rentrent timidement dans leurs habitations. La circulation sur la route Masisi-Goma est toujours suspendue, et une grande panique règne en encore à Masisi-centre. Néanmoins des ONG humanitaires basées à Masisi sont parvenus à se retire de cette zone grâce à une escorte de la MONUC.

Situation humanitaire préoccupante à NgungurnPrès de 20 mille déplacés ont trouvé protection auprès de la base de la Monuc dans les environs de la localité de Ngungu, située à 70 km de la ville de Goma. Ces populations disent avoir fui les combats entre le Pareco et le CNDP, il y a près de 2 semaines. Une mission mixte Monuc-inter-agences s’est rendue dans cette localité, ce vendredi pour évaluer les besoins humanitaires. Selon toute vraisemblance, ces besoins sont énormes.
Beaucoup sont encore occupés à monter des abris de fortune.
Leur situation est préoccupante comme le témoignage l’un d’eux : « Nous menons une vie pénible. Nous manquons à manger. Les abris, ainsi que les médicaments. » rnQ: Il y a en qui continue à venir ?

R: « Oui ! Parce que, jusqu’à maintenant, ça tire encore dans des montagnes ! »

Déjà, le choléra vient de faire ses premières victimes dans ce camp. La troisième personne morte de cette maladie a été enregistrée ce jour. Les déplacés ont sollicité une aide d’urgence. Toutefois, ils ne souhaitent pas que cette aide s’inscrive dans la durée. Aussi, ils ont exprimé le vœu de voir la Monuc, sécuriser leur milieu d’origine, pour leur permettre un retour rapide : « Qu’ils aident la population. Parce qu’elle souffre énormément. Quand il y a la guerre, c’est la population qui en souffre. Qu’il nous sécurise pour nous permettre de mener notre vie normalement et nous permettre aussi de reprendre notre travail ! Qu’ils s’entendent pour que nous aussi nous retrouvions la paix. »

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner