Sud-Kivu : deuxième journée ville morte à Misisi contre l’excès de barrières

Les habitants de Misisi, à l’extrême sud du territoire de Fizi, ont organisé ce mardi 5 mars une journée ville-morte pour dénoncer le grand nombre des postes de contrôle érigés par les forces de l’ordre. Ils ont répondu à l’appel de la société civile pour dénoncer la multiplicité des barrières illégales établies par les FARDC dans la région.

Au total, treize points de contrôle sont dénombrés sur la route entre le chef-lieu Fizi-centre et le village Nyange au sud de Misisi.

Selon des sources locales, motocyclistes et piétons paient entre 500 et 1000 Francs congolais pour pouvoir traverser chaque barrière. Les récalcitrants sont soumis aux travaux de compensation, précise ces sources.

Jusque ce mardi soir, aucun compromis n’a été trouvé entre les autorités locales et les acteurs de la société civile. Toutes les activités et la circulation restent paralysées.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner