Uvira : des villages se vident après affrontements entre miliciens à Minembwe

La situation est tendue depuis mercredi 6 mars dans les hauts plateaux de Minembwe au Sud-Kivu, à la suite du déplacement des gens fuyant des affrontements entre groupes armés locaux à Madegu. Des villages entiers se sont déplacés. Hommes, femmes enfants et les bétails ont passé nuit à Minembwe-centre à Madegu, selon la société civile.

Ces affrontements se sont déroulés pendant la journée mercredi entre la milice Twigwaneho banyamulenge, qui défend les éleveurs contre une coalition des Maï-Maï.

Plusieurs sources concordantes à Minembwe affirment que les troupes des FARDC sont déployées depuis tôt ce jeudi matin en provenance d’Uvira et de Mukera, en territoire de Fizi. Mais aucune confrontation n’est signalée entre l’armée et les belligérants sur le terrain.

L’armée qualifie ces affrontements d’intercommunautaires et ne voudrait pas prendre parti. Contacté ce matin par Radio Okapi, le porte-parole de l’armée au secteur opérationnel à Uvira, le capitaine Dieudonné Kasereka souligne cependant que toutes les dispositions sont prises pour sécuriser Minembwe et ses environs.

Le commandant de la 3e zone de défense en charge des opérations et renseignements militaires, le général major Jonas Padiri, se trouve lui-même à Uvira pour superviser ces opérations militaires.

La société civile de Minembwe affirme que les Maï-Maï se sont arrêtés mercredi à la rivière Kalongozi, qui sépare les localités Biziba et Kabingo, à 12 kms au sud de Minembwe-centre à Madegu. Parmi ces Maï-Maï, elle cite les chefs de guerre Aoci venu d’Itombwe ; Mulumba, venu de Moonda, ainsi que d’autres miliciens venus de Milimba. Ces miliciens contestent le statut de Minembwe comme commune rurale, en plus de conflits de terre et de pouvoir dans leurs entités.

D’autre part, les miliciens banyamulenge Twigwaneho ont reçu le renfort d’un autre groupe armé local Gumino coalisé aux rebelles burundais et rwandais. Le notable de Minembwe, Ndainda Karojo affirme que des rencontres se tiennent ce jeudi pour tenter résoudre cette situation, sans donner des précisions.

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner