Kananga : les autorités interpellées après le lynchage d'un présumé « voleur des sexes »

Au lendemain du lynchage d’un présumé « voleur des sexes » masculins, le maire de Kananga, Jean Muamba Kantu Kanjila, a appelé vendredi 7 juin ses administrés à ne plus se faire justice. Il a également affirmé mener des investigations pour découvrir l’origine de ce phénomène, afin de trouver des solutions.

Le phénomène « vol des sexes » préoccupe les autorités locales. Certaines personnes sont accusées de raccourcir mystérieusement les pénis. 

« Son Excellence monsieur le gouverneur de province et moi, nous nous occupons entièrement de cette situation. Nous voulons aller vers la source de la situation. Ça vient d’où ? Ça commence comment ? Comment ça opère ? », déclare Jean Muamba Kantu Kanjila.

Ces autorités veulent d'abord voir clair dans cette situation. « Si c’est un fétiche ou une situation spirituelle, nous allons découvrir cela et nous allons vous en informer », a dit Jean Muamba Kantu Kanjila. Il a par la suite appelé la population au calme :

« Je demande aux Kanangais de ne plus tuer leur frère (présumé voleur de sexes). Il ne faut pas faire la justice populaire. Nous allons partir petit à petit jusqu’à découvrir la vérité sur ce qui se passe maintenant à Kananga. C’est devenu un problème et c’est chaque jour que l’on parle de retrait de sexe. Pourquoi ça ? Qui a emmené ça ici’’ ? »

Jeudi, la population a lynché un présumé voleur de sexe à Kamayi Athénée.

La police de Kananga dit avoir enregistré une dizaine de personnes se plaignant d’avoir constaté soit la disparition soit l’atrophie de leurs sexes.  

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner