Tueries à Beni : la société civile demande à Félix Tshisekedi de « protéger la population »

La société civile de Beni demande au président Félix-Antoine Tshisekedi de protéger « des populations civiles contre des tueries des ADF, une situation qui se traduit par des violations massives des droits de l’homme, des crimes de guerre et crimes contre l’humanité ». Ces recommandations sont contenues dans une lettre ouverte adressée au chef de l’Etat et rendue publique ce vendredi 2 août.

« Tuer des personnes à la machette ou à la hache, éventrer des femmes enceintes, broyer les têtes des enfants en les cognant contre le mur sans la moindre pitié, tels sont les actes macabres que vivent depuis cinq ans les populations de Beni », rappelle la lettre de la société civile locale.

Cette structure citoyenne révèle qu'à ce jour, au moins 2.719 personnes ont été sauvagement tuées et plus de 2.897 autres kidnappées au cours des différentes attaques armées de présumés rebelles des ADF.

Ce qui représente, selon elle, une moyenne de 57 civils tués par mois à Beni. La société civile note qu’elle est « consternée par la faillite de l’Etat congolais à protéger les populations civiles ». Elle lance le même appel de protection à l’ONU, à l’Union européenne, l’Union africaine, la SADC et à tous les Etats et amis du peuple congolais, afin « de trouver les mécanismes qui permettent de protéger les populations de Beni contre les très graves périls auxquels elles sont exposées ».  

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner