Mise en garde aux étudiants de Kinshasa : la police « ne va plus tolérer des manifestations illégales organisées sur la voie publique »

« Le commissariat provincial rappelle aux étudiants de tous les établissements d'enseignement supérieur et universitaire qu'il ne va plus tolérer des manifestations illégales organisées sur la voie publique pour troubler l'ordre. L'autorité urbaine doit être saisie et prendre acte par écritm avant toute manifestation à organiser sur la voie publique », indique un communiqué du commissaire provincial de la police, publié lundi 27 janvier.

Ce communiqué a été signé par le commissaire divisionnaire adjoint, Sylvano Kasongo, à la suite des manifestations des étudiants de l’l’Institut supérieur du commerce (ISC), à l'Institut supérieur des techniques appliquées (ISTA) et à l'Institut supérieur des arts et métiers (ISAM).

Le commissariat provincial de la police nationale congolaise ville de Kinshasa indique que les manifestations des étudiants de ces institutions universitaires ont troublé l'ordre public.

À l’ISC, rapporte la police, des « étudiants infiltrés » venus d'une autre université ont tenté de pousser les étudiants de l'ISC au soulèvement contre la hausse de frais académiques.

Pourtant, selon les autorités de l'institut, cet établissement n'a pas revu à la hausse les frais.

« Le bilan de ce mouvement fait état de deux véhicules vandalisés par les étudiants et 9 personnes interpellées, dont 6 étudiants et 3 infiltrés », indique le communiqué de la police qui note que l'ordre a été rétabli.

Selon la police, un groupe d'étudiants de l’ISTA a aussi « troublé l'ordre public en manifestant contre l'exclusion de leur camarade ».

« Les éléments de la police déployés sur place ont rétabli l'ordre. Les recherches sont en cours pour mettre hors d'état de nuire les 15 étudiants auteurs de ce mouvement illégal », ajoute le commissaire divisionnaire adjoint Sylvano Kasongo. 

À l’ISAM, les étudiantes, par snobisme, croit savoir la police, ont voulu brûler des pneus sur l'avenue de libération. Mais, cette tentative a été stoppée par la police.

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner