Confinement de la Gombe : la police surveille les mouvements des gens à l’aide des drones

Pour faire respecter le confinement dans la commune de la Gombe, la police fait circuler des drones pour surveiller les mouvements des gens, indique ce lundi 6 avril le patron de la police de la ville de Kinshasa, commissaire divisionnaire adjoint Sylvano Kasongo.

La police, qui procède au contrôle des entrées et sorties au niveau des barrières estime que jusque-là, les choses se passent plus ou moins bien. Le commissaire divisionnaire adjoint Sylvano Kasongo, qui était lui-même sur le terrain pour se rendre compte du déroulement du travail, estime que malgré les petites difficultés, tout se passe bien.

Il fait remarquer que le fait d’avoir un badge ne donne pas directement accès à la commune de la Gombe :

« Tant bien que mal, on se débrouille, les gens respectent quand même. C’est l’autorité qui a donné des badges. Nous avions échangé avec l’autorité politico-administrative, le gouverneur, on est en train de travailler ensemble. On regarde les badges et puis, on demande si la personne va où pour faire quoi, et puis, nous apprécions. Il n’y a pas de problème de ce côté-là », indique Sylvano Kasongo.

Le patron de la police dans la ville de Kinshasa poursuit :

« Si vous présentez le badge, on doit savoir si vous partez où, pour faire quoi, pour quel motif. Ce n’est pas parce que vous avez le badge que c’est devenu la bible et nous disons amen. Non. On ne peut pas dire Amen. Nous regardons et nous apprécions. Les officiers supérieurs qui sont sur place apprécient ».

Selon le commissaire divisionnaire adjoint Sylvano Kasongo, les bureaux, les banques, les supermarchés dans la commune de la Gombe sont fermés :

« C’est ça le confinement, la situation est calme. Vous voyez, vous aviez circulé, les exceptions ne manquent pas. Même à Paris, même ailleurs, il y a toujours des exceptions. Mais, quand on dit exception, c’est le minimum. Les magasins sont fermés, les boutiques sont fermées, il y a des alimentations qui sont fermés, il n’y a que des pharmacies et les hôpitaux qui sont ouverts. Même les ministères sont presque fermés ».

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner