La RDC, 2e pays au monde comptant le plus grand nombre de personnes déplacées internes


La République démocratique du Congo (RDC) est actuellement le deuxième pays au monde comptant le plus grand nombre de personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays, derrière la Syrie.

Selon Médecins sans frontières (MSF), la situation est dûe à la recrudescence des violences dans la province de l'Ituri qui a entraîné une nouvelle vague de déplacement forcé.

« Le 2 mai, plus de 200 maisons ont été incendiées dans la localité de Wadda. Le centre de santé que nous soutenions y a été pillé.  Au moins 4 autres structures de santé ont été attaquées au cours du mois de mai », a rapporté Alex Wade, chef de mission pour MSF en Ituri. 

La dernière attaque recensée dans la région de Drodro, ajoute MSF, s’est déroulée le 17 mai et les équipes de MSF sont venues en support des acteurs de santé locaux pour fournir des soins d'urgence à des femmes et des enfants dont les blessures avaient été causées par des armes à feu et des machettes.

La plus jeune victime de l'attaque est un garçon âgé de 15 mois, qui était sur le dos de sa mère lorsque celle-ci a été abattue.

« La balle a traversé la jambe du nourrisson et tué sa mère. Il n’a pu être amené à l'hôpital que par des voisins, car ses parents sont morts sur le coup pendant l'attaque, tout comme trois de ses sœurs et trois de ses frères. Seul son frère aîné a réussi à s'échapper dans la brousse et a survécu », a relaté Diop El Haji, responsable médical de MSF.

Les civils sont les principales victimes de ces confrontations entre milices, forces nationales et autres groupes armés. MSF est témoin d’une situation dramatique pour les plus vulnérables qui vivent sous la menace permanente d’être pris pour cibles.
« Cette violence est systématique. Les centres de santé et les villages sont détruits afin de décourager ceux qui nourriraient l’espoir d’y retourner. Comme notre accès à certaines zones n’est pas garanti, nos équipes peinent à fournir des soins de santé aux populations locales et déplacées », a poursuivi Alex Wade.

Dans une région secouée par des décennies de conflits communautaires, l’insécurité permanente entrave les mouvements des populations et complique ceux des humanitaires.
« Les gens ont peur de se rendre dans les centres de santé, qu’ils soient dans les villages ou dans des sites d’accueil. Ils vivent dans la brousse et nous avons dû mettre en place des cliniques mobiles pour pouvoir les y atteindre », a expliqué Benjamin Courlet, coordinateur de terrain pour MSF à Bunia.

MSF exhorte enfin les acteurs nationaux et internationaux à accroître leur présence en Ituri auprès des centaines de milliers de personnes réfugiées sur des sites où les standards humanitaires minimums sont loin d'être atteints, entre insalubrité et surpeuplement.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner