Nord-Kivu : insuffisance de magistrats à Butembo et Lubero, la population recourt parfois aux groupes armés

Le Réseau pour les droits de l’homme (REDHO) se dit préoccupé par l’insuffisance de magistrats au parquet près le Tribunal de grande instance de Butembo, au parquet près le Tribunal de paix de Lubero et au Tribunal de PAIX de ce territoire. Dans un communiqué publié vendredi 21 août à Butembo, cette plateforme des organisations non gouvernementales de défense des droits de l’homme indique que cette situation pousse parfois la population à recourir aux groupes armés pour trancher quelques différends.

Le REDHO fait remarquer qu’au parquet près le Tribunal de grande instance de Butembo il y a deux magistrats, au parquet près le tribunal de Paix de Lubero, seul le chef de parquet y est affecté et au Tribunal de paix de Lubero il y a   deux juges.

Le Tribunal de paix de Lubero n’a pas de juge président. Jean Namuzinda Bimpa qui occupait ce poste a été affecté comme juge au Tribunal de grande instance de Butembo depuis le 6 août dernier. 

Le REDHO demande au Conseil supérieur de la magistrature d’augmenter l’effectif des magistrats dans les juridictions précitées. Selon lui, cette zone est caractérisée par beaucoup de conflits et la présence de plusieurs groupes armés, avec des conséquences graves.

Dans son communiqué, le REDHO dit avoir fait le monitoring dans ces trois instances judiciaires, qui révèle des lenteurs dans le traitement des dossiers à cause de l’insuffisance des magistrats.

Cette insuffisance des magistrats entraine plusieurs conséquences négatives, indique le REDHO : les détenus passent parfois plus de cinq jours dans le cachot sans être auditionnés, certains justiciables se rendent justice à cause de la lenteur dans le traitement des dossiers déjà enrôlés, d’autres justiciables ne saisissent plus les instances judiciaires voyant que les anciens dossiers n’ont pas de suite.

Cette situation est à la base de la méfiance de la population envers le secteur judiciaire. Quelques justiciables préfèrent saisir les groupes armés pour trancher leurs litiges au détriment des instances judiciaires, poursuit le communiqué de REDHO.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner