Zone de libre-échange : la RDC confrontée aux défis infrastructurels, selon un opérateur économique

La République démocratique du Congo se trouve devant une impasse infrastructurelle pour être compétitive dans le marché de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF). L’opérateur économique, Matthieu Takizala, œuvrant dans le secteur de l’automobile, l’a décrié samedi 2 janvier, dans une interview accordée à Radio Okapi.

« Le nombre de kilomètres des routes est insignifiant. Or, géographiquement, la RDC a 9 voisins. C’est une zone vaste en termes de démographie qui doit plutôt être favorable à la RDC », estime-t-il.

Autre défi auquel est confrontée la RDC, c’est le prix exorbitant de la douane, ajoute Matthieu Takizala.

« La RDC est en retard dans ce domaine. Le retard dans la création du pont en aux profondes à Banana (Muanda, Kongo-Central, nous préjudicie aussi, alors que nous pouvons faire mieux », a-t-il poursuivi.

Suivez l’extrait de l’interview de Matthieu Takizala en cliquant sur cette icone.

Son

La Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF) est entrée officiellement en vigueur vendredi 1er janvier 2021. L'idée étant d'accroître le commerce intra-africain et d'y développer les richesses.

La ZLECAF prévoit d'ici 15 ans au maximum la suppression de 90% de taxes douanières sur les biens et les services. La République démocratique du Congo a aussi souscrit à ce traité.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner