Jean Nsenga, ancien « Kuluna » : « Je voudrais servir l’Etat, devenir militaire »

Ancien délinquant, communément appelé « Kuluna », Jean Nsenga, 22 ans, dit avoir abandonné cette pratique. Désormais, il nourrit d’autres ambitions. « Je voudrai servir l’Etat. Que j’apprenne un métier, n’importe lequel, même devenir militaire », affirme-t-il, dimanche 28 mars, en transit à Mbuji-Mayi, dans le Kasaï-Oriental, à destination de Kaniama Kasese, dans la province du Haut-Lomami.

Jean Nsenga indique que d’autres jeunes désœuvrés partis a Kaniama Kasese, veulent aussi être utiles à la société. Ils sont prêts à servir sous le drapeau ou d’apprendre un métier.

Ancien habitant de la commune de Masina, à Kinshasa, il demande aux autres jeunes « Kulunas » de renoncer aux agressions de paisibles citoyens dans la ville de Kinshasa.

« J’étais Kuluna. On m’a arrêté. On m’a fait entrer dans le service national pour que je devienne soldat. Ceux qui sont restés ont vu, comment nous sommes venus ici. La première vague est venue, la deuxième aussi. Nous sommes de la troisième vague. Que celui qui est resté améliore sa vie, sinon il va la risquer », conseille Jean Nsenga.

Au total 319 jeunes désœuvrés, dont 7 femmes, sont partis à Kaniama Kasese en passant par Mbuji-Mayi. Aussitôt arrivés, ces jeunes ont été accueillis par l’équipe de Service national qui ont remis à chacun un kit alimentaire constitué d’un pain, d’une boite de sardine et d’une bouteille d’eau.

D’après Bapende Jean Denis des renseignements de la Police nationale ville de Kinshasa, le moral de ces jeunes désœuvrés est calme.

« Il y a ceux qui ne sont jamais montés dans un avion. C’est comme ça que les autres étaient inquiets, mais leur moral était au zénith. Je sais qu’ils vont faire le champ, ils vont faire l’agriculture, ils vont faire l’élevage,…», a-t-il expliqué.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner