Lualaba : le gouverneur intérimaire accusé d’entretenir les tensions et la division (Député Tshimboj)

Le cabinet de madame le gouverneur intérimaire de la province du Lualaba porte un démenti aux allégations du député provincial Donat Tshimboj, portant sur la mauvaise gestion de cette province par Fifi Masuka.

Le député provincial Donat Tshimboj, impute en effet le mal que connaît leur province au gouverneur intérimaire Fifi Masuka. Ce mal est caractérisé par les tensions sociales et les conflits intercommunautaires. Pour cet élu de Sandoa, « Depuis six mois que le gouverneur intérimaire Fifi Masuka est aux affaires, c'est la descente en enfer. Celle-ci refuse de financer les chantiers laissés par l'ex-gouverneur, Richard Muyej Mangez Mans », a-t-il indiqué.

Des allégations rejetées par Mr Victor Tshifutshi, conseiller du gouverneur intérimaire du Lualaba.  Pour lui, rien de tous ceux-ci n’est vrai. 

« L’honorable Donat Tshimboj considère que, les réalisations et actions que mène madame Fifi Masuka dans la province du Lualaba constituent un combat contre Muyej Mangez Mans. Ce qui est un manque de respect et de considération contre celui-ci voire la population auxquels ces actions répondent », selon lui.

Dans ses accusations, le député Donat Tshimboj parle notamment de la chasse aux sorcières.

« Tous ceux qui sont qualifiés de pro Muyej sont pourchassés, voire suspendus entre autres, les ministres, des agents du gouvernorat, dont 28 sont chassés. Même les ouvriers engagés pour sa propre brigade du gouvernorat sont en grève, impayés depuis 3 mois », ajoute-t-il.

Mais Victor Tshifutshi retorque que, les grèves enregistrées par les travailleurs des entreprises sont reconnues constitutionnellement et c’est un droit civique. Il indique que, si les travailleurs manifestent aujourd’hui qu’hier, c’est « parce qu’ils trouvent actuellement à la tête de la province l’autorité prête à les écouter et aborder leurs employeurs en trouvant des solutions idoines aux problèmes qu’ils posent », précise-il. 

Le conseiller Victor Tshifutshi, ajoute que des sanctions à l’endroit des agents indisciplinés, ne signifient pas qu’une certaine communauté soit visée par le gouverneur de province.

« Des conflits intercommunautaires entre quelle communauté et quelle autre ? L’honorable député ne doit pas substituer l’expression d’une communauté tribale à toutes les autres donc il doit être la généralisation de la question. Les communautés sont calmes et aucune n’est lésée. Dans quelle administration est-ce qu’on peut admettre et tolérer de l’incivisme et des irrégularités de laque d’éthique de manque de courtoisie bref, de manque de professionnalisme ? Ce qui a valu sanctions de la part des agents qui se sont manifestés comme tels.  Les ouvriers sur la route numéro 39 (RN39) avaient certes connu quelques retards de paiement mais, lesquels retards sont déjà régularisés », a-t-il conclu.

Le député provincial, Donat Tshimboj en appelle à l'intervention du chef l'État.

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner