Uvira : la MONUSCO appelée à plaider pour un renforcement des effectifs militaires dans les hauts-plateaux

Les déplacés internes et les leaders communautaires ont sollicité le 1er Juillet à la MONUSCO de plaider auprès des autorités congolaises pour un renforcement des effectifs militaires dans les zones considérées comme les plus chaudes des Hauts plateaux, notamment Mikenge, Bijombo et Minembwe, en vue d’empêcher d’éventuelles attaques des groupes armés contre les déplacés. 

La présence de l’armée permettra de sécuriser les déplacés vers les zones agricoles, les sources d’eau ainsi que dans les sites où ils reconstruisent leurs nouvelles habitations. 

 En fait, la représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies en RDC, Bintou Keita poursuit sa tournée depuis le jeudi 1er juillet à Mikenge dans le secteur d’Itombwe, en territoire de Mwenga et à Bijombo, dans le territoire d’Uvira. 

Accompagnée de son adjoint en charge de la protection et des opérations Kasime Diagne ainsi que du commandant de la force onusienne de la MONUSCO, le général de corps d'armée, Marcos De Sá Affonso Da Costa, la patronne de la MONUSCO a rencontré les représentants de déplacés ainsi que les leaders communautaires. 

Cette délégation a été informée de la situation sécuritaire actuelle caractérisée par l’activisme des groupes armés. Ces derniers alimentent les conflits intercommunautaires dans la région.  

Entre temps, les populations ont été sensibilisées à mener leurs activités champêtres plus près des zones sécurisées pour éviter d’être surprises par des combattants armés. Ce, jusqu'à ce que les FARDC renforcent leur présence dans les zones, a recommandé l’équipe de la MONUSCO. 

Les leaders locaux de leur côté expriment leur satisfaction pour les efforts que fournit la MONUSCO pour réconcilier les communautés en conflit. 

La patronne de la mission onusienne, Bintou Keita a souligné de son côté l’importance d’organiser un dialogue pour la cohésion sociale.  Mais à condition, selon elle, que ce dialogue soit sincère et accepté par toutes les parties en conflits. 

Le représentant du gouverneur du Sud-Kivu dans la délégation et ministre provincial de l'Intérieur, de la décentralisation, sécurité et affaires coutumières, Lwabanji Lwasi Ngabo, a promis de son côté de plaider auprès de la hiérarchie des FARDC un renforcement des effectifs militaires dans la région. 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner