Déséquilibre dans les dépenses publiques : l’UDPS attribue cette gestion à la guerre dans l’Est de la RDC

 
Le député provincial et cadre de l’UDPS, Jean-Claude Tshilumbayi, reconnait le déséquilibre entre les dépenses des institutions politiques et les dépenses sociales. Il s’est ainsi exprimé lundi 19 juillet à Radio Okapi. Il réagissait à propos du rapport comparatif de l’Observatoire de la dépense publique (ODEP) sur la gestion des finances publiques des deux régimes Kabila et Tshisekedi. 

Jean-Claude Tshilumbayi met cela sur le compte notamment de la situation sécuritaire que traverse le pays dans sa partie Est. 

« Tous les budgets que nous avons connus, depuis bientôt 20 ans, ont eu un aspect plus apparent plus que réel. La mobilisation des recettes n’a pas suivi la projection budgétaire. Ce qui fait que, les dépenses de souveraineté, étant réellement les dépenses prioritaires, on ne peut qu’assister à cette réalité que les institutions consomment plus que le social en ce sens que, nous sommes un état en guerre, la diplomatie, elle consomme énormément d’argent, mais aussi, les efforts de sécurisation du pays notamment dans l’est de la RDC, consomment énormément d’argent. Ça donne ce déséquilibre entre les dépenses du fonctionnement des institutions et les dépenses sociales, c’est une réalité », explique-t-il. 

En effet, le président de l’ODEP, Pr Florimont Muteba, a déclaré qu’en RDC, les régimes se succèdent mais la mauvaise gouvernance des finances publiques demeure et s’aggrave. 

Selon lui, de 2017 à 2019, le comportement dans la gestion de la chose publique est le même.  

L’Etat a dépensé plus d’argent pour les institutions politiques et moins pour le social ou alors, une exécution minable des dépenses. 

Jean-Claude Tshilumbayi invite l’opinion à juger le prochain budget en cours d’élaboration, dans lequel ce déséquilibre sera corrigé. 

« Maintenant que cap est pointé sur un budget réel, qui correspondrait, en termes des recettes réalisées annuellement, je crois que nous aurons l’occasion pour la première fois peut-être d’évaluer le président Tshisekedi avec cette gestion homogène qui intervient grâce à l’union sacrée », rassure Jean-Claude Tshilumbayi 

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner