L’Avenir : « Présidence de la CENI : les confessions religieuses dans la tourmente »

Revue de presse du lundi 2 août 2021.

Intolérance et banditisme ce 1er août 2021 au Centre catholique Lindonge, lieu de résidence de Fridolin Cardinal Ambongo. Cela après la profanation à Mbuji-Mayi des paroisses catholiques. C’est le sujet que développe les médias congolais.

Le motif de cette intolérance et banditisme : le refus de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) de signer le Procès-verbal de la frange des six confessions religieuses désignant Kadima comme Président de la CENI, explique L’Avenir.

Le quotidien rappelle le délai de 48 heures accordé aux confessions religieuses pour trouver le consensus et déposer les dossiers des candidats afin d’entériner par la plénière de l’Assemblée nationale, courait jusqu’au vendredi 30 juillet 2021. Mais comme ce fut pour la désignation de Malu Malu, Ngoyi Mulunda et Corneille Nangaa, ainsi que pour le cas Ronsard Malonda tout récemment, les confessions religieuses brillent par la confusion. Paradoxalement, ceux qui devaient rassurer ont embrouillé le puzzle.

Depuis un moment, rappelle encore le tabloïd, les confessions religieuses se plaignent de subir des pressions pour leur imposer le nom de Kadima.

En tout cas, renchérit Forum des As, l'Eglise catholique exprime sa peine. D’ailleurs, pointée du doigt, l'UDPS-le parti présidentiel-par la voix de son secrétaire général, dit n'avoir aucun problème avec l'Eglise dont 80 % de militants sont membres. Beaucoup de composantes prennent du recul sur ce dossier.

C’est le cas du parti politique « Ensemble pour la République », qui refuse tout simplement de désigner ses délégués. Le parti de Moïse Katumbi appelle à un consensus national. Pour sa part, LAMUKA de Martin Fayulu annonce pour bientôt des descentes dans la rue.

Ce qui faire dire à La Tempête des tropiques que le président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso est « devant de grandes responsabilités ».

Tout doit être clarifié dès à présent. La tension est déjà perceptible à travers le pays. Les acteurs tant politiques que sociaux s'épient et se regardent en chiens de faïence. La violence, déplorée çà et là, doit être arrêtée, estime le tabloïd.

C’est une plénière « enflammée » à l’Assemblée nationale, renchérit La Prospérité.

Trois points sont à l’ordre du jour, à savoir : adoption de 4 procès-verbaux ; examen et vote de la proposition de loi relative à la promotion de la taxe sur l’industrie (adoption du rapport de l’ECOFIN) ; évaluation de l’état de siège (huis-clos).

Dans un autre registre, l’Agence congolaise de presse (ACP) annonce que la République démocratique du Congo est engagée à accroître le budget du secteur de l’éducation à hauteur de 22 % du budget national.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner