Taxe RAM : les députés exigent la démission du ministre Augustin Kibassa

Les députés nationaux exigent la suppression « pure et simple » de la taxe RAM, qualifiée de « simple escroquerie ». Dans leurs interventions à la plénière de mercredi 29 septembre, quelques-uns ont invité le ministre des PT-NTIC, Augustin Kibassa, à démissionner. La plénière à l’Assemblée nationale était consacrée à l’examen de la question orale avec débat adressée au ministre sur la taxe RAM.

« Nous exigeons le retrait immédiat de la taxe RAM qui est déjà une torture en plus de l’Etat contre le peuple », a déclaré le député Hubert Furukuta.

Il demande au Bureau de l’Assemblée nationale de commanditer une mission urgente d’audit « sans complaisance » sur la destination de l’argent du RAM.

Pour Hubert Furukuta, le ministre Kibasa devrait exprimer sa considération vis-à-vis du peuple, par sa démission.

Cette taxe est une « véritable escroquerie » de l’épargne des Congolais et s’oppose à l’idéologie du peuple d’abord, pensent la quasi-totalité de députés.

« Si nous suivons la grogne de notre population, cette taxe est anti-peuple, anti-social. Que le ministre prenne la hauteur de retirer cette taxe qu’il a créée sans avis de l’Assemblée nationale, et sans référence à un quelconque texte », a renchéri Leon Mondole.

Dans son intervention, le ministre des PT-NTIC affirme que cette taxe a déjà collecté plus de 25 millions USD, et grâce aux fond collectés, certaines universités bénéficient d’un wifi gratuit.

Selon Augustin Kibasa, plus de 500 téléphones volés ont été retrouvés, à l’aide de la taxe RAM.

Le débat ayant été suspendu par motion de Jean Baudouin Mayo, le ministre se dit choqué d’être traité d’escroc. Il a sollicité 24 heures pour sa réplique.

La plénière s’est déroulée sous tension avec plusieurs épisodes d’incidents.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner