Des élus et membres de l’exécutif réfléchissent sur la matérialisation du projet de « rénovation du poste frontalier à arrêt unique Ruzizi 2 »

Les caucus des députés, élus du Sud-Kivu, les originaires membres du gouvernement central du Sud-Kivu et une délégation du gouvernement provincial, ont débattu sur la matérialisation du projet de rénovation du poste frontalier à arrêt unique Ruzizi 2 à Bukavu, le samedi 06 novembre à Kinshasa. 

L’initiative est du gouverneur du Sud-Kivu. 

Financé par l’Union Européenne à hauteur de 8 millions de dollars, ce projet intégrateur sera exécuté par l’organisation Trade Mark East Africa, a indiqué, le ministre provincial chargé des transports, voies de communication et tourisme, Mathieu Alimasi Malumbi : 

« En termes simple, c’est la construction du poste frontalier, c’est la construction des infrastructures, des bâtiments, c’est la construction du parking des grands véhicules qui viennent du Rwanda, de la Tanzanie et ailleurs ». 

Une fois réalisé, ce projet aura un impact socioéconomique considérable, estime le député national Olive Mudekereza Namegabe : 

« Vous savez, l’économie au monde, c’est le temps. Le temps c’est l’argent, surtout pour les opérateurs économiques. Vos camions, vos marchandises vont passer facilement et rapidement. Dans les trente minutes vous terminez les formalités. C’est le développement socioéconomique. Il y aura croissance des recettes. Ça sera meilleur pour le développement de notre région et de la RDC en général ». 

 Les députés nationaux ont promis leur implication pour la réussite de ce projet.  

« Ce projet a toute notre adhésion, tout le soutien de tous les députés. Nous allons nous mobiliser pour un lobbying, afin de trouver des moyens, afin que toutes les parties prenantes puissent se mettre à l’œuvre, pour avoir cet arrêt unique. Parce que ça va profiter, non seulement à la province, mais aussi à tout le pays. Aussi je vais demander que nous nous quittions la théorie, que nous soyons pratiques. Nous devons aussi protéger les ménages, nous sommes l’émanation de ce ménage, de cette population », a rassuré Vital Muhini Banywesize, deuxième vice-président de l’Assemblée nationale.  

 Par ailleurs, le démarrage effectif de ce programme, nécessite l’indemnisation de 266 ménages, avec un montant estimé à 5 millions de dollars, pour leur délocalisation du site. Ce qui nécessite l’implication des fils et filles de cette province, a dit Mathieu Alimasi Malumbi, le ministre provincial du Sud-Kivu chargé des transports, voies de communication et tourisme. 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner