Tshopo : « Grève sèche » du personnel scientifique dans les universités

Les assistants et chefs de travaux des établissements universitaires de la province de la Tshopo ont décrété « une grève sèche » à partir du 5 janvier. Ils ont pris cette décision au cours d’une assemblée générale extraordinaire tenue à l’Université de Kisangani.

Les grévistes réclament l'amélioration de leurs conditions salariales. Ils l’ont fait savoir à travers un memo lu par le président du Syndicat du personnel scientifique des établissements publics de l’ESU/Tshopo, François Lusalu Bofando :

«   Nous chefs de travaux, assistants et bibliothécaires réunis en  assemblée générale extraordinaire ce mercredi 5 janvier afin d’évaluer la suite réservée à nos différentes revendication qui tournent principalement autour de la non-mécanisation et budgétisation des membres ; la non-régularisation administrative de la situation du personnel scientifique des institutions de l’ESU ; le maintien non-justifiée de l’écart de salaire entre le personnel académique et scientifique, et ce, en violation de l’arrêté ministériel du 25 juin 1993 portant interprétation du tableau synoptique d’équivalence de grades; le refus d’indexation de salaire au taux du jour par le gouvernement congolais. »

D’après François Bofando, le préavis de grève avait été déposé par la coordination nationale de Synacass, le 20 décembre de l'année dernière au près du ministre de l'ESU. A la suite de cela, a- t- il poursuivit, « la grève sèche et illimitée est décrété jusqu'à la satisfaction de leurs revendications. »

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner