RDC : aucune seconde de glissement ne sera tolérée en 2023, prévient Nouvel Elan

 

 

« Nous appelons à la vigilance du peuple congolais nous ne tolérerons aucune seconde de glissement en 2023 », a affirmé jeudi 20 janvier à Goma au Nord-Kivu, le coordonnateur chargé d’implanter le parti Nouvel Elan, Me Yannick Ramazani. Le parti du Premier ministre honoraire Adolphe Muzito constate qu’il n y’a pas de signaux qui prouvent  que les élections auront lieu dans le délai constitutionnel.

« Aujourd’hui avec la CENI [Commission électorale nationale indépendante], les moyens financiers, matériels, et les moyens humains ne sont pas encore réunis. Les agents de la composante de cette CENI font l’objet de division de la classe politique. Vous avez lu le communiqué de la coalition LAMUKA, signé par l’ancien premier ministre, Adolphe Muzito, il y a péril en la demeure en ce qui concerne la composante de la CENI », a fustigé Me Yannick Ramazani.

Il a fait remarquer que Denis Kadima, actuel président de la CENI se plaint de ne pas avoir les moyens de sa politique.

« On doit entamer la loi sur la répartition des sièges, jusque-là rien n’est fait, [on n’a pas encore promulgué la loi] et cela ne nous rassure pas qu’on puisse aller aux élections qui seront légitimes », estime-t-il.

Me Ramazani plaide pour un consensus plus large « le plus tôt possible » pour que la RDC réussisse les élections de 2023.

« Nous appelons à la vigilance du peuple congolais nous ne tolérerons aucune seconde de glissement en 2023 », a affirmé jeudi 20 janvier à Goma au Nord-Kivu, le coordonnateur chargé d’implanter le parti Nouvel Elan, Me Yannick Ramazani. Le parti du Premier ministre honoraire Adolphe Muzito constate qu’il n y’a pas de signaux qui prouvent  que les élections auront lieu dans le délai constitutionnel.

« Aujourd’hui avec la CENI [Commission électorale nationale indépendante], les moyens financiers, matériels, et les moyens humains ne sont pas encore réunis. Les agents de la composante de cette CENI font l’objet de division de la classe politique. Vous avez lu le communiqué de la coalition LAMUKA, signé par l’ancien premier ministre, Adolphe Muzito, il y a péril en la demeure en ce qui concerne la composante de la CENI », a fustigé Me Yannick Ramazani.

Il a fait remarquer que Denis Kadima, actuel président de la CENI se plaint de ne pas avoir les moyens de sa politique.

« On doit entamer la loi sur la répartition des sièges, jusque-là rien n’est fait, [on n’a pas encore promulgué la loi] et cela ne nous rassure pas qu’on puisse aller aux élections qui seront légitimes », estime-t-il.

Me Ramazani plaide pour un consensus plus large « le plus tôt possible » pour que la RDC réussisse les élections de 2023.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner