Rapport accablant de l’IGF contre 5 services du ministère de la santé : PEV, PDSS, CAGF, PNSR et FDSS

L’inspection générale des finances, (IGF) a dressé un rapport accablant contre 5 unités de gestion du ministère de la santé après un contrôle dans ces services. Il s’agit du programme élargi de vaccination(PEV), du projet de développement du système de la santé(PDSS),  de la cellule d’appui et de gestion financière(CAGF),  du programme national de santé de la reproduction(PNSR) et du fonds de développement des services de santé(FDSS).

Dans ce document, adressé notamment au Chef de l’Etat et au Premier ministre le 9 février dont Radio Okapi a obtenu une copie samedi 12 février, l’IGF relève plusieurs faits saillants qui dénotent des anomalies de gestion dans ces services. Ces anomalies portent sur les finances, l’administration, la logistique et les ressources humaines sur des périodes allant de 2016 à 2021.

 

Concernant le programme élargi de vaccination(PEV)

L’IGF a noté plusieurs anomalies dans la gestion financière du PEV. Elle a cité notamment :

-l’absence des justificatifs et d’utilisation des fonds d’un montant de plus de six millions de dollars américains (6.860.034, 32 USD) retiré de 2016 à 2021 des comptes bancaires FBNBANK  et TMB 

-l’absence des justificatifs d’utilisation du montant de quatre-cent-neuf mille dollars américains (409.050 USD) relatif aux dépenses de  prise en charges des prestataires dans les 500 sites de vaccination contre la COVID-19 en RDC 

-l’absence au PEV des accords de financement et des rapports financiers donnant les engagements et les affectations faites des fonds reçus du gouvernement, des bailleurs, des partenaires  techniques et financiers et renseignés pourtant dans les plans d’activités opérationnelles de PEV pour plus de cent-vingt millions de dollars américains (126. 969.062 USD) en 2018, plus de cent-quarante millions (142.156.799 USD) en 2019, et plus de 80 millions (89.016.540 USD) en 2020.

 

L’IGF  a constaté,également, une mauvaise gestion des stocks des médicaments, des vaccins et de la logistique.  Elle a noté entre autres :

-la gestion confuse et non transparente d’importants lots de matériels et médicaments entreposés au Hub Kinkole du PEV.

-la mauvaise gestion de stocks de vaccin qui entraine, selon l’IGF, des ruptures fréquents des stocks de vaccins principalement ceux contre la tuberculose(BCG), la polio (VPO), la rougeole(VAR) et le tétanos(TD).

 

Le rapport a épinglé aussi une mauvaise gestion des ressources humaines au PEV «  se traduisant par des recrutements et des affectations irréguliers ».

 

A propos du projet de développement du système de la santé(PDSS)

L’inspection générale des finances, dans son rapport, a révélé des pratiques financières qui vont à l’encontre des règles établies et des cas de vol des biens non suivis des sanctions au PDSS.

Elle a souligné, notamment, des dépenses sans justificatifs de l’ordre de plus de sept millions de dollars américains  pour le financement IDA en 2021. Ces dépenses sont reparties en tranches de plus de cinq millions de dollars américains (5. 277. 903,26 USD), plus de sept cent mille (700.420,24 USD) et plus d’un million (1. 189. 118 USD).

L’IGF précise que « en lieu et place des originaux, PDSS a présenté à l’équipe de contrôle des photocopies des pièces justificatives scannées, en prétextant que les pièces et factures originales existent et sont gardées en provinces par les structures bénéficiaires des avances des fonds, alors que selon les procédures en vigueur, tous les originaux des justificatifs devaient être envoyés au siège à Kinshasa en justification des avances des fonds reçus ».

Le rapport fait aussi état de « vols récurrents des biens du projet dans les établissements d’utilité publique(EUP) des divisions provinciales de santé mais non suivis des sanctions » à Mongala, Haut-Lomami, Bandundu et Katanga.

Il a noté, également, l’existence des irrégularités sur les marchés publics passés par le PDSS avec des fournisseurs.

 

De la cellule d’appui et de gestion financière(CAGF)

A la CAGF, l’équipe de contrôle de l’IGF a constaté un faible taux de décaissement du financement GAVI,  soit 10%  par rapport au financement attendu.

Elle a aussi noté le non-respect, pour la plupart de financements, des échéances de décaissement par rapport aux accords de financement; « retardant ainsi voire empêchant la réalisation des activités pourtant programmées », a-t-elle précisé dans son rapport.

Elle a révélé l’existence d’importantes avances des fonds non justifiées par les structures bénéficiaires. Ces avances sont chiffrées à plus de onze millions de dollars américains (11.900.210,89 USD) pour le projet paludisme et plus d’un million (1.048.774, 63 USD) pour le projet tuberculose.

Concernant la passation des marchés publics de la cellule d’appui et de gestion financière(CAGF), l’IGF a noté aussi des irregularités dans ce domaine.

Au sujet du programme national de santé de la reproduction, PNSR

Au PNSR, l’inspection générale des finances a mis en lumière l’absence des justificatifs d’utilisation d’un montant de plus de cent-vingt mille dollars américains (128. 076, 10 USD) retiré de STANDARD BANK de 2016 à 2018.

Elle a aussi constaté « une non maitrise par la direction de PNSR des activités financées directement par les partenaires techniques et financiers ».

 

Fonds de développement des services de santé, FDSS

Enfin, concernant le FDSS, l’IGF a noté dans son rapport l’existence de plusieurs dépenses non justifiées, mal justifiées ou insuffisamment justifiées.

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner