Sud-Kivu : la MONUSCO lance des projets de réduction des violences communautaires à Lemera

L'administrateur du territoire d’Uvira (Sud-Kivu), Julie Sango Malenga, a procédé le vendredi 18 février au lancement officiel de deux projets d’encadrement des jeunes désœuvrés à travers la formation professionnelle. Ces projets s’inscrivent dans le cadre de la réduction des violences communautaires dans la région de Lemera.

La cérémonie s’est déroulée au chef-lieu de la chefferie à Lemera-centre en présence des autorités coutumières, de la police et des FARDC ainsi que des acteurs de la société civile.

Au total, cent-soixante jeunes à risque, des ex-combattants et des femmes vulnérables de Ndolera et Lemera-centre sont ciblés directement dans ces deux projets financés à hauteur de cent mille dollars américains par la MONUSCO à travers sa section DDR/RR. 

Ils prévoient la sensibilisation des jeunes à se désolidariser des groupes armés, la formation en différents métiers dont la coupe et couture, la conduite et réparation moto, ainsi que la création des activités génératrices des revenus dont la culture des champs et la distribution des chèvres et des semences de maïs.

Les autorités de la chefferie de bafuliiru, se réjouissent de ces projets.

«  De notre part la chefferie, ce projet a un impact très positif parce que avec l’encadrement des ex-combattants, il y aura réduction vraiment des violences communautaires, des kidnappings, des vols de bétails, et des violences sexuelles ainsi que des violences basées sur le genre. C’est pour cette raison que nous félicitons les autorités, surtout au niveau national que provincial, ainsi qu’au niveau du territoire et la MONUSCO qui a bien voulu financé les activités de ces projets afin que nos jeunes soient encadrés dans le cadre de réduire les violences sur la communauté que nous gérons», a indiqué, le porte-parole de la chefferie de bafuliiru, Tommy Byage Rukusa.

Concernant les tensions armées dans la région d'Uvira, Tommy Byage ajoute que, celles-ci persistent notamment dans les hauts-plateaux. 

«  Ce dernier temps, la situation sécuritaire dans les moyens plateaux est un peu calme. Sauf dans les hauts plateaux, dans les parties de Marungu et en montant vers Kitoga, où il y a la présence des groupes armés étrangers que nationaux. Là-bas il y a une guerre qui est à tendance communautaire. De notre part au niveau de la chefferie de bafuliiru, nous avons toujours sensibilisé nos jeunes afin qu’ils puissent abandonner nos groupes armés pour qu’ils puissent intégrer la vie sociale. Mais du côté de la communauté, on ne sait pas si eux aussi le font ! Mais de notre part, nous le faisons. Vous avez les jeunes qui se retrouvent ici, la majorité ce sont les jeunes fuliiru qui ont abandonné les groupes armés pour intégrer la vie communautaire. C’est cela la tache de la chefferie ainsi que de leaders locaux de l’entité », a-t-il expliqué.

Les deux projets seront exécutés simultanément à Ndolera et à lemera-centre par des ong locales partenaires. 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner