Deux Congolais condamnés à Paris pour des incidents en marge d'un concert de Fally Ipupa

La justice française a condamné mercredi deux Congolais impliqués dans de violentes manifestations de février 2020 en marge d'un concert parisien de la star congolaise Fally Ipupa.

Le 28 février 2020, l'alliage explosif de la rumba et de la politique congolaises s'était invité au cœur de la capitale française. 

Malgré l'interdiction de manifester, de multiples incidents avaient éclaté en amont du concert à Bercy du chanteur, l'une des plus grands vedettes d'Afrique francophone.

Issus de la diaspora, les manifestants accusaient la star de 44 ans, qui mêle harmonies traditionnelles africaines et musiques urbaines, d'être proche de l'ancien président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila et de son successeur Félix Tshisekedi.

Deux hommes étaient convoqués au tribunal correctionnel de Paris pour avoir, au cours de ces violences urbaines, brûlé leur propre voiture. Seul l'un d'eux, le propriétaire du véhicule, s'est présenté à l'audience, pour être condamné à 150 jours-amende à 10 euros conformément aux réquisitions.

"On voulait coûte que coûte faire annuler ce concert", a déclaré à la barre ce technicien de maintenance de 31 ans. "On est dans un mouvement qui manifeste pacifiquement, on avait demandé l'autorisation au préfet de police mais qui nous l'a refusé."

Les images de vidéosurveillance montrent plusieurs hommes arrivant à bord d'une Peugeot 106, en sortir, dévisser les plaques d'immatriculation avant d'y mettre le feu.

Mais pourquoi donc brûler sa propre voiture ? s'interroge le tribunal, perplexe devant cette "revendication". "C'était un acte de passion, pas du tout un acte prémédité", soutient le prévenu, grand, longiligne et cintré dans un caban.

"C'est une soirée qui coûte cher...", a ironisé le procureur, qui a également requis huit mois de prison ferme contre le prévenu absent. Ce dernier a été condamné par défaut à cinq mois de prison ferme.

Dans sa plaidoirie, l'avocat du propriétaire de la voiture, Me Félix Alfonsi, a mis en avant l'histoire personnelle de son client, qui a fui la RDC à l'âge de 15 ans.

En ne prenant pas position politiquement, le chanteur Fally Ipupa est de fait "une arme du régime autoritaire congolais, de soft power. C'est la perception qu'en a la diaspora congolaise qui vit ici, exilée", a-t-il soutenu.

Une cinquantaine de personnes avaient été placées en garde à vue à la suite de ces violences. La plupart avaient donné lieu à des alternatives aux poursuites ou à un classement sans suite.

Avec AFP

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner