La MONUSCO regrette l’expulsion de son porte-parole

La MONUSCO a pris acte et regretté, mercredi 3 aout, la décision du gouvernement congolais, demandant à un membre de son personnel de quitter le pays.

Le gouvernement de la RDC exige le départ de Mathias Gillmann, porte-parole de la MONUSCO.

La mission onusienne a ainsi exprimé son regret dans un communiqué de presse dont une copie est parvenue, ce jeudi, à Radio Okapi.

Dans ce document, elle s'est engagée tout de même à continuer de travailler aux côtés de la population et des autorités congolaises pour mettre en œuvre le mandat qui lui a été confié par le Conseil de sécurité.

Dans une note datée du 28 juillet dernier, le vice-Premier ministre des Affaires étrangères, Christophe Lutundula, a estimé que les tensions actuelles entre la MONUSCO et la population seraient dues « aux déclarations indélicates et inopportunes du porte-parole de la MONUSCO ».

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner