RDC : le Gouvernement exige le départ du porte-parole de la MONUSCO, Mathias Gillmann

Le gouvernement de la RDC exige le départ de Mathias Gillmann, porte-parole de la MONUSCO. Dans une note datée du 28 juillet et adressée à la MONUSCO, dont copie est parvenue à Radio Okapi mercredi 3 août, Christophe Lutundula Apala, vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères, dit considérer que les tensions actuelles entre la MONUSCO et la population seraient dues « aux déclarations indélicates et inopportunes du porte-parole de la MONUSCO ».

Le gouvernement congolais considère que « la présence de ce fonctionnaire sur le territoire national n’est pas de nature à favoriser un climat de confiance mutuelle et de sérénité si indispensable entre les institutions congolaises et la MONUSCO en vue, non seulement du meilleur accomplissement du mandat confié à cette dernière  par le Conseil de sécurité des Nations unies, mais aussi de faire aboutir le plan de transition aux fin de son retrait définitif de la RDC, d’ici à l’horizon 2024, comme convenu », explique Christophe Lutundula. 

Dans cette même note, le chef de la diplomatie congolaise ajoute « le gouvernement appréciera beaucoup que des dispositions soient prises pour que Mathias Gillmann quitte le territoire dans le plus bref délai. »

Les FARDC et la force de la MONUSCO sont mobilisées face à la résurgence du M23. Mais leurs moyens étant limités face à plusieurs autres fronts dont celui des ADF, il y aura des endroits où les deux forces ne sauront être présentes de manière satisfaisante, avait déclaré le porte-parole de la MONUSCO, Mathias Gillmann, lors de la conférence de presse des Nations unies du mercredi 13 juillet à Kinshasa. Selon lui, « le M23 se comporte de plus en plus comme une armée conventionnelle, bénéficie d’équipements qui sont beaucoup plus sophistiqués que par le passé. »

Cette déclaration avait suscité beaucoup de réactions négatives au sein de l’opinion nationale. Les autorités nationales estiment qu’elle est à la base de récentes manifestations anti-MONUSCO, qui ont fait une trentaine des morts et cent soixante-dix blesses ainsi que d’importants dégâts matériels.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner