L’Avenir : « Bazaiba interpelle la communauté climatique »

Revue de la presse du mardi 4 octobre 2022

Les journaux parus mardi 4 octobre à Kinshasa s’intéressent aux travaux de la PRECOP27, ouverts lundi dans la capitale congolaise.

« C’est un véritable réquisitoire qu’a fait la VPM Eve Bazaiba devant près de 64 ministres du climat réunis à Kinshasa », rapporte L’Avenir, à l’occasion des travaux préparatoires de la 27ème Conférence des parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur le changement climatique « PRECOP27 ».

Parmi les préoccupations qu’elle a soulevées, figurent « en premier lieu, la tendance à la banalisation du non-respect des engagements internationaux pris par les parties à la Convention cadre des nations unies sur le Changement climatique, avant et pendant la COP26 ».

A cela s’ajoute, selon le tabloïd, « la question des pertes et dommages liée aux impacts du changement climatique qu’il faut distinguer de celle de l’adaptation au changement climatique et les aborder séparément ; en troisième lieu nous citons la difficile cohabitation entre les questions de survie d’une part, et celles relatives à la réduction des émissions de gaz à effet de serre d’autre part ».

«Nous avons besoin d’exploiter nos ressources naturelles et trouver du pain à nos enfants, mais sur la ligne de ce devoir, il y a de plus en plus d’obstacles associés à la nécessité de réduire nos émissions. Plusieurs pays africains ont du mal à opérer un choix entre la survie de leurs populations et le contrôle des émissions de gaz à effet de serre, alors que le continent n’est responsable que de 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Que faire dans ces circonstances ? Exploiter nos ressources et nourrir nos enfants ou les contempler et les laisser mourir de faim», a affirmé Eve Bazaiba, cité par La Prospérité.

L’éternel accompagnement des pays industrialisés sollicité à l’endroit des pays du Sud occupera une bonne place dans les discussions, renchérit La Tempête des Tropiques.

« Surtout que tous les engagements pris, même les tout derniers de la Cop 26 sont restés lettre morte. C’est le financement toujours brandi pour combattre la pollution qui a toujours c achoppé. Les pollueurs hésitent encore d’assumer leurs responsabilités face aux pays qui protègent l’environnement », précise le quotidien.

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner