Ituri : 120 000 déplacés sécurisés par les casques Blues à Djugu

ILes casques bleus de la MONUSCO assurent la protection d’environ cent vingt mille déplacés dans les différents sites du territoire de Djugu. A Bule,  les déplacés et les autochtones affirment qu’ils travaillent quotidiennement et paisiblement dans plusieurs hectares de champs qui entourent la base de la MONUSCO. Ils sont estimés à plus de  quatre-vingt mille personnes disséminées dans trois sites.

Aux sites de Jaiba et Jina, les abris des déplacés sont construits à partir de 10 mètres des installations des forces onusiennes. Les familles des déplacés y passent des jours paisibles, affirment certains d’entre eux.

La plupart des déplacés sont des femmes et des enfants. Ils sont concentrés autour des bases de la MONUSCO.

Pour ces déplacés, leur survie dépend exclusivement des casques bleus qui les protègent contre les attaques des miliciens de la CODECO. Dans tous les sites précités, cette phrase revient sur toutes les lèvres, « Sans la MONUSCO, on ne pourrait pas vivre ici ».

Pour eux, il n’est pas question que les casques bleus quittent leur milieu avant le rétablissement total de la paix.

Une femme déplacée à Bule témoigne :

« C’est grâce à la MONUSCO que nous restons en paix ici. Grace à ces gens que moi je reste ici. S’ils partent, moi aussi je pars d’ici à cause de l’insécurité. S’il y a quelque chose qui ne va pas, la MONUSCO intervient directement ».

Selon la société civile de la chefferie de Badjere, beaucoup de déplacés seraient morts sans la présence de la MONUSCO. Elle intervient chaque fois pour sauver des vies humaines.

Malodra Desire, coordonnateur de cette structure, explique :

« Dans le site de Lensabo ici, la MONUSCO a intervenu lorsque les assaillants sont venus commettre des forfaits dans ce site-ci, N’eut été l’intervention de la MONUSCO, les gens allaient tous périr dans cette région »

Par ailleurs, la présence des casques bleus de la MONUSCO rassure également la population dans tous ces villages contre les menaces des groupes armés.

 

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner