Statut des magistrats: le débat a commencé au Sénat

La Chambre haute du Parlement a déclaré recevable lundi 3 mai ce projet de loi contesté par les syndicats de la magistrature et la société civile. La Commission de Politique administrative et judiciaire a cinq jours pour l’examiner.

Luzolo Bambi, ministre de la Justice, estime que ces modifications légales s’imposent car son ministère doit rendre des comptes à l’opinion publique.

Tout en reconnaissant le souci du ministère de réformer la justice, le sénateur Moïse Nyarugabo estime que la responsabilité revient aux magistrats. Il souligne :

« Dès lors que les magistrats veulent recevoir des instructions et des ordres, l’exécutif ne leur donnera jamais cette liberté. Les magistrats ont tort d’attendre qu’on leur donne des instructions. »

Pour les syndicats autonomes et la société civile, la révision du statut des magistrats constituterait une violation de la constitution.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner