Retour au calme à la cité minière de Kalenda

Territoire de Punia, au Maniema. Des militaires FARDC en provenance de Kasese ont été envoyés samedi dans la cité minière de Kalonda après le siège de plus de 24 heures par des combattants FDLR. Le calme y est revenu, selon des sources concordantes.

D’après la société civile de Kasese, l’invasion de la carrière minière de Kalonda par les FDLR s’est passée sans coup de feu.

Les assaillants étaient une cinquantaine et bien armés.

Ils étaient venus de Walikale avec l’intention de tout piller dans la cité, ajoute de son côté le chef de secteur local, Bernard Kimwanga.

A la fin de leur opération, les assaillant emporteront 2 tonnes de cassitérite, plusieurs sacs de manioc et de riz, des bidons d’huile de palme et un appareil de communication phonique.

Pour le transport du butin, ils ont pris de force 40 personnes pour la cassitérite 30 femmes pour les vivres.

Selon la société civile de la contrée, le nombre des personnes prises en otage est donc de 70 et non 450 comme précédemment dit par d’autres sources.

L’attaque de Kalenda de jeudi à vendredi dernier est la deuxième en l’espace de trois mois dans cette contrée, signalent le sources.

La dernière avait eu lieu le 9 avril 2010 contre une autre carrière minière à trois heures de marche de Kalonda.

Les membres de la société civile demandent la présence permanente des FARDC en vue de sécuriser la population et ses biens.

La cité minière de Kalonda compte environ 2.000 habitants.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner