RDC: droits de l'enfants bafoués, selon une enquête sociologique


Enfants exploitant l'or (archives)

Plus de la moitié des enfants congolais travaillent durement dans des environnements insalubres pour contribuer aux charges des ménages, indique l’enquête socio-économique réalisée dans quelques villes du pays et rendu public le vendredi 30 juillet à Kinshasa.

 

Les résultats de cette étude démontre que la RDC est encore loin de respecter les droits fondamentaux relatifs à la liberté, à la santé et au loisir des enfants. 

La population vit avec une moyenne de 0,30 dollars par jour soit une valeur de trois beignets de 100 francs congolais par jour, ajoute le document. 

Toujours selon ce rapport, cette situation est due à la précarité de vie des ménages. 

L’enquête a été effectuée à Mbuji-Mayi au Kasaï oriental, Kolwezi (Katanga) et Mongwalu (Province Orientale), dans le cadre du projet «Réduire l’exploitation des enfants travailleurs par l’éducation (REETE)». 

Il est financé par les ONG Save the Children et Solidarity center. 

Le directeur national de REETE, Glenn Lesak, a précisé: 

«On a commencé en octobre 2007, avec un cible de douze mille enfants qui travaillent dans les mines ou risquent d’y travailler. Selon les dernières statistiques que nous avons reçues à la fin du mois de juin, nous avons atteint le niveau de treize mille cent vingt six enfants qui ont bénéficié de notre projet.» 

L’essentiel de ce projet, c’est l’éducation des enfants, donc l’avenir du pays, selon la même source. 

Glenn Lesak a ajouté: 

«Un enfant qui travaille dans les mines, le fait pour cause de pauvreté. Mais, avec l’éducation, un enfant peut changer sa vie et la nature de la situation familiale. Il a un avenir…»  

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner