AMP: les «exclus» donnent de la voix


A l'AMP, chacun ser récompensé au prorata de son apport à la réussite de l’œuvre commune (photo archive).

Revendication ou lutte de repositionnement? En tout cas, une vingtaine de partis, associations et autres personnalités, membres de l’Alliance de la majorité présidentielle (AMP) dénoncent leur «exclusion» dans la gestion du pouvoir par «leurs collègues» de cette famille politique. Ils l’ont déclaré samedi à la presse, à Kinshasa.

Emmanuel Mudura, porte-parole de ces «exclus», n’a pas mâché ses mots:

«Nous avons voulu éveiller la conscience du chef de l’Etat, qui est l’autorité morale de l’AMP et l’informer de notre exclusion en ce qui concerne la gestion des ambitions au sein de l’AMP.»

Et de clarifier:

«Depuis que nous avons gagné les élections en 2006, depuis que  nous avions signé le charte en 2006, nous les partis politiques qui ne siégeons pas au Parlement, nous n’avons jamais été associés à la gestion du gouvernement et tous les services de l’Etat dont le peuple congolais avait confié la gestion au président Joseph Kabila. On ne nous donne pas de poste, on ne comprend pas pourquoi.»

De son côté, le secrétaire exécutif de l’AMP, estime que les répartitions des postes de gestion de la chose publique au sein de sa famille politique se font au prorata des sièges gagnés lors des élections de 2006.

Louis Koyagialo explique:

«La charte de l’AMP dispose que chaque formation politique sera récompensée au prorata de son apport à la réussite de l’œuvre commune. Or, justement, l’élément qui mesure l’apport de chaque formation, de chaque organisation, c’est le nombre de députés. Au niveau de l’Assemblée nationale, c’est le nombre de députés. Au niveau des assemblées provinciales, si l’une ou l’autre organisation de nos amis a une représentation au sein de l’Assemblée nationale, ou bien des assemblées provinciales, on doit nécessairement en tenir compte. Et je crois que tout n’est pas perdu. Il y a l’horizon 2011 qui pointe, ils doivent se préparer convenablement pour gagner le pari, et ce n’est qu’en ce moment là que leur revendication sera fondée. Pour le moment, nous sommes tous de la famille politique du chef de l’Etat, je les félicite pour ça.»

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner