Convention du droit de la mer: Tambwe Mwamba appelé à s’expliquer devant les députés

Le ministre des affaires étrangères Alexi Tambwe Mwamba et le SRSG Alain Doss, à l'occasion de la ceremonie de fin des opérations conjointes FARDC-RDF contre les FDLR. Goma, Nord Kivu, DRCLe ministre des affaires étrangères Alexi Tambwe Mwamba et le SRSG Alain Doss, à l’occasion de la ceremonie de fin des opérations conjointes FARDC-RDF contre les FDLR. Goma, Nord Kivu, DRC

Le ministre des affaires étrangères Alexi Tambwe Mwamba et le SRSG Alain Doss, à l'occasion de la ceremonie de fin des opérations conjointes FARDC-RDF contre les FDLR. Goma, Nord Kivu, DRC

Le ministre des Affaires étrangères, Alexis Mwamba, pourrait répliquer dans les jours qui viennent  à une  motion incidentielle initiée mercredi 1er juin par le député Emery Okundji à son endroit, sur la convention du droit de la mer.

Les députés trouvent anormal que les droits de la RDC en cette matière soient toujours violés par des pays voisins, surtout lorsque cette situation occasionne un manque à gagner important au pays.

Le député Fabrice Puela explique le bien fondé de cette  motion:

Nous savons qu’il y a des droits souverains qui sont attachés à cela et la représentation nationale ne voudrait pas que la partie 11 de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982, dite ‘de Monté Gobe’, soit ratifiée par la RDC sans que nous ne voyions clair.

Fabrice Puela ne comprend pas que la RDC perde des millions d’euros et de dollars dans l’exploitation de son espace maritime par l’Angola:

Nous ne pouvons pas croiser les bras comme s’il y avait une complicité quelque part. La représentation nationale aimerait que ce ministre vienne expliquer. Lorsqu’il faut négocier, il faut que le pays ne délègue pas des personnes non expertes, mais des gens qui connaissent la matière et qui peuvent négocier en connaissance de cause.

Pour rappel, en mai 2009, l’Assemblée nationale avait  adopté la loi sur la délimitation des frontières maritimes. En Avril de la même année, le ministre des Hydrocarbures de l’époque, René Isekemanga, présentait le projet de loi y relatif. La promulgation de cette loi devait permettre d’envoyer des données à ce sujet à la commission chargée de la délimitation des espaces maritimes de l’Onu avant le 13 mai 2009. Cette commission devait notamment statuer sur le litige sur les délimitation des frontières maritimes entre la RDC et l’Angola.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner