Les conditions carcérales difficiles au Nord-Kivu débattues à l’assemblée provinciale

Un détenu à la prison Munzenze de Goma.Un détenu à la prison Munzenze de Goma.

Un détenu à la prison Munzenze de Goma.

Le surpeuplement et la sous alimentation sont à la base de fréquents soulèvements dans les lieux de détention du Nord-Kivu et plus particulièrement dans la prison de Kangbayi de Beni, a relevé, ce mercredi 14 septembre, la société civile de Beni.

Ces deux problèmes ont fait aussi l’objet d’une question orale avec débat adressée, la semaine dernière, au ministre provincial de la Justice,François Rucogoza, par les députés provinciaux.

Devant l’assemblée provinciale, François Rucogoza a souligné que le gouvernement provincial alloue une subvention mensuelle, bien qu’insignifiante, aux grandes prisons de la province.

Les animateurs de la société civile du territoire de Beni ne sont pas du même avis. Omar Kavota, président de cette structure citoyenne, a appelé le gouvernement à prendre ses responsabilités:

«A Beni, les prisonniers se révoltent quasiment tous les jours. Ils dénoncent le manque de nourriture. On ne peut pas démontrer un appui mensuel en nourriture, en argent ou en matériels du gouvernement provincial à la prison de Beni. Même situation à Butembo. On ne voit pas l’assistance du gouvernement provincial. La solution reste de sanctionner certains membres de l’exécutif provincial.»

En fin du compte, le ministre Rucogoza a reconnu qu’il faut un budget additionnel pour améliorer les conditions carcérales des détenus en province du Nord-Kivu. 

Lire aussi sur radiookapi.net:

Désengorgement des prisons du Nord-Kivu: une centaine de détenus relaxés

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner