Election-RDC: le cardinal Monsengwo condamne les violences pendant la campagne

L'archevèque de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya lors d'une conférence de presse le 10 novembre 2011 (©AFP/Gwenn Dubourthoumieu)L’archevèque de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya lors d’une conférence de presse le 10 novembre 2011 (©AFP/Gwenn Dubourthoumieu)

L'archevèque de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya lors d'une conférence de presse le 10 novembre 2011 (©AFP/Gwenn Dubourthoumieu)

Le cardinal Laurent Monsengwo a condamné, ce jeudi 10 novembre à Kinshasa, les actes de violence «qui frisent la barbarie» pendant cette période de campagne électorale. Au cours d’un point de presse, il a dit désapprouver la manipulation de la jeunesse dans la campagne. 

Le cardinal Monsengwo a affirmé avoir constaté des agissements inquiétants depuis le début de la campagne en RDC, le 28 octobre:

«Nous sommes tous témoins d’incidents qui étonnent par leur fréquence et répétition: l’on se provoque, l’on s’arme de machettes parfois de fusils, on casse, on brûle comme si la fin des élections était de détruire le pays plutôt que de le bâtir.»

Dans son message lu devant la presse, il a demandé aux candidats aux élections présidentielle et législatives, prévues le 28 novembre 2011, de faire preuve de sagesse:

«Comment ferions-nous confiance à des dirigeants incapables de protéger la population ? comment élire des gouvernants qui ne nous donnent pas de garantie de paix, de justice, de vérité et d’amour du peuple ? De grâce, rassurez-nous, rassurez le peuple pour qu’il vous élise en âme et conscience

D’autres appels à l’apaisement se sont multipliés ces derniers jours.

Devant le Conseil de sécurité à New-York, mardi 8 novembre, le Représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en RDC, Roger Meece a exprimé sa préoccupation quant à l’utilisation par certains leaders politiques congolais des messages incitant à la violence.

«Les hauts responsables congolais doivent s’assurer du déroulement pacifique du processus électoral», a-t-il déclaré.

Le même jour, l’Union européenne s’est déclarée, dans un communiqué, inquiète de derniers développements de la campagne électorale en RDC. Elle a appelé au respect de la loi.

Dimanche 6 novembre à Kinshasa, le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Jean Ping, a aussi formulé le vœu de voir les élections «se dérouler dans le calme et la sérénité» dans ce pays.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner