Beni : retour au calme après une révolte des policiers réclamant leur solde

Défilé de la police à Kisangani, décembre 2010.Défilé de la police à Kisangani, décembre 2010.

Défilé de la police à Kisangani, décembre 2010.

Les habitants de Beni ont été réveillés tôt le matin du lundi 26 décembre par des coups de feu en provenance du centre ville de Beni (Nord-Kivu). Selon les autorités militaires de cette ville, un groupe de près de 500 policiers se sont révoltés pour réclamer leur mécanisation et le paiement de leur solde. Une trentaine d’entre eux ont été interpellés à la suite de ce soulèvement.

Le calme est revenu quelques heures après les coups de feux entendus vers 7h du matin dans cette ville du Nord Kivu. Selon le porte-parole des opérations Ruwenzori pour le désarmement des rebelles ougandais ADF Nalu, il s’agit d’un groupe de policiers mécontents parce que n’ayant pas encore perçu leur solde.

Le commissaire principal de la police, le colonel Nyembo, confirme l’information. Selon lui, la police est intervenue, avec l’appui des FARDC, pour rétablir l’ordre.

Une trentaine de policiers ont été interpellés, et ont été interrogés en vue d’identifier les meneurs de cette révolte.

Le colonel Nyembo signale également que le dossier de mécanisation des policiers est en cours de traitement. Un calme relatif est revenu à Beni où les habitants sont retournés à leurs activités quotidiennes.

Des sources militaires ont confirmé que le groupe de révoltés arrêtés ont été relaxés après leur interpellation. 

Une information confirmée par le commandant du groupe Mobile d’Intervention de la Policede Beni, le colonel Gilbert Mulinda.

Selon lui, les policiers révoltés étaient arrêtés pour être désarmés. Ils ont ensuite été relâchés étant donné que les enquêtes ont révélé qu’ils ne se sont pas attaqués à la population et n’ont posé aucun acte de pillages.

Une source proche du groupe de révoltés ayant requit l’anonymat affirme qu’ils sont environ 350 éléments non encore mécanisés et qui ne reçoivent pas de solde depuis 5ans sur les 500 que compte l’Etat major de la police de Beni.

La même source précise que tous les policiers  non mécanisés de l’Unité de l’Etat Major chargé de la garde des institutions publiques de l’Etat en grève ont été remplacés à leurs postes de garde par ceux de  l’unité du Groupe mobile d’intervention (GMI) affecté à Beni il y a quelques jours en provenance de Goma.

Le commandant de la police de Beni s’est réservé de tout commentaire et a déclaré que sa hiérarchie est informée de ce dossier sans plus des détails.

Lire aussi sur radiookapi.net :

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner