Législatives: les sénateurs MLC opposés à une visite «touristique» des experts internationaux à la Ceni

Un homme passe devant le siège du MLC ce 17/03/2011 à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John BompengoUn homme passe devant le siège du MLC ce 17/03/2011 à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Un homme passe devant le siège du MLC ce 17/03/2011 à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Le groupe des sénateurs du Mouvement de libération du Congo (MLC) demande aux experts internationaux attendus par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) de ne pas venir en touristes. «Ils doivent corriger les insuffisances dela Ceni dans les circonscriptions où des contestations ont été enregistrées afin que les résultats des élections reflètent le choix opéré par le peuple congolais», ont-ils déclaré à l’issue de leur réunion du samedi 31 décembre 2011.

Le président du groupe MLC au Sénat, Raymond Ramazani a déclaré:

«Les sénateurs membres du MLC ont affirmé leur satisfaction devant la réaction de la communauté internationale, qui a proposé les experts internationaux. Nous les attendons. Que pourront-ils nous dire ? Il faut qu’ils viennent juste en touristes pour constater que les élections   se sont bien ou [mal] déroulées

Pour ces parlementaires, ces experts devraient proposer des solutions aux irrégularités et contestations qui auraient émaillé les élections parc-ci, par-là. «Il va falloir qu’ils nous disent exactement, là où le vote a été contesté, leur sentiment et la pays dire s’il est d’accord ou pas», a précisé Ramazani Baya, ajoutant que cette position du MLC n’était pas arrivée en retard.  Il a, à cette occasion, réaffirmé «l’encrage du MLC dans l’opposition».

D’autres partis de l’opposition, comme l’Union pour la démocratie et le progrès sociale (UDPS), ont également émis des réserves quant à l’arrivée annoncée de ces experts chargés «de supervision et d’appui technique international», en vue de garantir la transparence et la crédibilité de législatives. La Ceni avait en effet évoqué de «nombreuses réclamations dont elle a été saisie par les candidats et organisations politiques» lors de la compilation des résultas de ces élections.

 «Qu’est-ce que [ces experts] viennent faire ici ? Ils vont prendre des décisions sur quelle base ? Tous les procès verbaux ont été falsifiés. Ils viennent perdre leur temps pour rien », a déclaré Etienne Tshisekedi, président de l’UDPS et candidat à la présidentielle arrivé en deuxième position (32,33%) derrière Joseph Kabila (48,95%) lors du scrutin a tour unique du 28 novembre dont il conteste les résultats.

Le sénateur Thomas-Henri Lokondo, président de l’Union congolaise pour la liberté, parti membre de la majorité présidentielle (MP) s’est aussi montré réticent. «L’arrivée des experts britanniques et américains voulue parla Ceni est inopportune.La Ceni dont la démarche  semble une sorte d’aveu d’impuissance et d’inexpertise. Au motif qu’elle met à rude épreuve son indépendance consacrée par la constitution», a-t-il affirmé à la presse, mercredi 28 décembre.

Dans un communiqué rendu public mardi 27 décembre, le bureau de la Ceni a confirmé la reprise des travaux de compilation des législatives – suspendus le mercredi 21 décembre – dans tous les Centres locaux de compilation des résultats (CLCR) de la RDC, avant l’arrivée de ces experts en janvier 2012.

Lire aussi sur radiookapi.net:

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner