Evariste Boshab nie avoir détourné la prime du personnel administratif de l’Assemblée nationale

Evariste Boshab, secrétaire général du PPRD,  lors de la clôture du 2ème congrès de son parti politique le 21/08/2011 au stade des martyrs à Kinshasa. Radio Okapi/ John BompengoEvariste Boshab, secrétaire général du PPRD, lors de la clôture du 2ème congrès de son parti politique le 21/08/2011 au stade des martyrs à Kinshasa. Radio Okapi/ John Bompengo

Evariste Boshab, secrétaire général du PPRD, lors de la clôture du 2ème congrès de son parti politique le 21/08/2011 au stade des martyrs à Kinshasa. Radio Okapi/ John Bompengo

Évariste Boshab, l’ex-président de l’Assemblée nationale a-t-il détourné la somme d’un milliard de francs congolais (1 085 000 dollars américains) destinée à la paie de la prime du personnel administratif de l’Assemblée nationale et de ses collaborateurs ? La presse kinoise le pense. L’incriminé nie et déclare que ces accusations sont l’œuvre d’«un syndicaliste instrumentalisé » par ses détracteurs politiques.

Le premier journal à mettre ces accusations sur la place publique : Africa News. Dans son édition de lundi 27 février, ce quotidien exploite un rapport de mission effectuée par les syndicalistes de l’Assemblée nationale aux ministères du Budget et des Finances sur la prime du personnel administratif de cette institution pour la période allant de janvier à décembre 2011.

Selon le journal, il ressort de ce rapport transmis au bureau provisoire de l’Assemblée nationale, qu’une partie des salaires dûment liquidés par le trésor public n’est pas arrivée à destination. Et Africa News d’accuser, citant le rapport, Evariste Boshab le président sortant de l’Assemblée nationale, Dieudonné Bolengetenge le questeur sortant et Déo Indulu, le chef de division des finances sortant d’avoir détourné ce fonds.

A titre d’exemple, le rapport évoque des écarts de près de 182.900 dollars américains pour le mois de mai 2011 et de 128.800 dollars américains pour celui d’avril 2011. Le cabinet Boshab, selon la même source, aurait donc dédoublé la catégorie «Députés» déjà rémunérée au point «Bureau de l’Assemblée nationale».

Evariste Boshab affirme que ce rapport n’émane pas de tous les sept syndicats qui fonctionnent à l’Assemblée nationale. «Il ne s’agit pas de syndicalistes, mais plutôt  d’une organisation maffieuse qui pense qu’elle aurait ses lettres de noblesse en jetant mon nom dans la boue», déclare-t-il.

Il dit ne pas être impliqué de près ni de loin dans un quelconque détournement de rémunération des fonctionnaires de cette institution :

«Ces dépenses ne sont pas de la compétence du président de l’Assemblée nationale. Conformément au règlement financier de l’Assemblée nationale, les états de paie sont élaborés au niveau de l’administration et supervisés par le questeur de l’Assemblée nationale. »

Evariste Boshab estime qu’il s’agit dans cette affaire d’un acte de mauvaise foi.

« Elle est tellement manifeste qu’on réduit finalement le président de l’Assemblée nationale au niveau de l’agent payeur (…) Il s’agit plutôt de la volonté de nuire », dit-il.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner