Maniema: la population accuse la police de tracasseries à Kasenga

Défilé de la police à Kisangani, décembre 2010.Défilé de la police à Kisangani, décembre 2010.

Défilé de la police à Kisangani, décembre 2010.

La population du groupement Kasenga-Numbi se plaint de tracasseries policières  dont elle est victime depuis un mois de la part d’un commandant de la Police nationale congolaise (PNC) du bataillon Groupe mobile d’intervention (GMI) installé à 18 km de Kindu axe.

Les policiers du GMI ont été déployés à Kasenga-Numbi pour protéger la population contre les coupeurs des routes armés dans le secteur de Wasongola, dans le territoire de Kailo.

Selon de victimes qui se sont confiées à l’ONG de défense des droits humains,  YMCA-YWCA, le commandant de la police incriminé arrête  et torture les passants et fait payer de amendes à ses victimes allant de  50 à 100 mille FC, déclarent-elles. Ce dernier arrache aussi de force les femmes d’autrui, indique ses accusateurs.  

Les habitants de ce territoire regrettent d’avoir demandé la présence  de cette unité dans ce secteur. Car, indiquent-ils,  non seulement les coupeurs des routes continuent à sévir malgré la présence des éléments de la Police nationale congolaise, mais pire ces derniers mettent aussi la population dans l’insécurité.

 Informés par les activistes de YMCA, le commandant de GMI a promis d’enquêter sur ces allégations.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner