Lubumbashi : la justice veut plus de sévérité dans le traitement des cas de violences sexuelles

Monument dédié à la mémoire des femmes victimes de la guerre à Shabunda au Sud-Kivu.

Le procureur de la République près le parquet de grande instance de Kipushi, Désiré Kitoko, a organisé vendredi 20 et samedi 21 avril des séances de sensibilisation à l’intention des officiers de police judiciaire, des autorités politico-administratives et coutumières du territoire de Kipushi. Objectif : les impliquer dans la lutte contre les violences sexuelles.

Parmi les mesures prises pour rendre plus sévère le traitement des violences sexuelles, Désiré Kitoko cite le refus d’accorder la liberté provisoire aux auteurs de viol.

« En cette matière, la qualité officielle ne joue pas, c’est-à-dire que l’on soit magistrat, député, commissaire de district, administrateur du territoire », a-t-il souligné.

Pour ce haut-magistrat, cette interdiction de mise en liberté provisoire fait partie des « nouvelles techniques pour lutter contre les violences sexuelles ».

Lire aussi sur radiookapi.net :

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner