RDC: les groupes armés recrutent des jeunes en Ituri

Célébration de la journée internationale de l’enfant africain ce 16/06/2011 au stade vélodrome de Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Les groupes armés procèdent, depuis un mois, au recrutement des jeunes dans la région de Berunda, située à environ 200 kilomètres au nord de Bunia. Le commissaire de district de l’Ituri, la société civile et les opérateurs économiques locaux ont dénoncé cette situation, ce mardi 17 juillet. De leur côté, les Forces armées de la République démocratiques du Congo (FARDC) déclarent avoir démantelé le réseau des recruteurs.

La Coalition des groupes armés de l’Ituri (COGAI) a revendiqué ces mouvements de recrutement des jeunes, dont la plupart seraient des ex combattants démobilisés d’anciens groupes armés.  Une somme d’argent, estimée à 120 dollars américains, serait proposée aux candidats, a indiqué la société civile citant des sources locales.

Le président de la société civile de l’Ituri, Jean Bosco Lalo, a invité le gouvernement à prendre ses responsabilités:

«Il y a déjà un camp qui se forme à Wada. Donc, il y a des recrues qui y sont en formation. Il ne reste plus qu’aux FARDC et d’aller démanteler ce camp-là et de mettre la main sur ces recruteurs. Il appartient au Gouvernement de mettre tout en marche pour empêcher ce mouvement de grandir

La Fédération des entreprises du Congo (Fec), dont certains membres sont accusés d’appuyer le mouvement de recrutement, a démenti l’implication des hommes d’affaires.

En plus de recrutement des jeunes pour la milice, il y a arrivée massive des bétails à Berunda, dont des bouviers seraient des étrangers, a poursuivi le président de la Fec/Ituri, Constant Bubu Lenga.

Le numéro 1 des FARDC en Ituri, Colonel Fal Sikabwe, déclare que, depuis ce matin, que le «réseau des recruteurs est démantelé». Les FARDC ont mis la main sur huit personnes. Parmi elles, il y a des militaires et des opérateurs économiques, a-t-il précisé.

Le COGAI a été créée par quatre groupes armés de l’Ituri, jeudi 24 mai. Il s’agit de:

  • le Force de résistance patriotique de l’Ituri (FRPI) de Cobra Matata
  • le Front populaire pour le développement durable de l’Ituri d’Eneko Kila
  • la Force armée pour la révolution d’un certain Kabuli
  • les Forces armées d’Intégration de l’Ituri, d’un certain Charité Semire.

Ce regroupement est dirigé par le colonel dissident Matata Banaloki alias Cobra, désigné comme général par ses pairs. Il demande notamment au gouvernement congolais une amnistie en faveur de tous les miliciens opérant en Ituri et la reconnaissance de ce district comme province de la RDC.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner