Nord-Kivu : la Société civile accuse l’ONU de laxisme envers le Rwanda

De gauche à droite: Les présidents du Rwanda Paul Kagame, de la Tanzanie Jakaya Kikwete, de l’Ouganda Yoweri Museveni et de la RDC Joseph Kabila à l’ouverture du sommet des chefs d’Etat de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs à Kampala, le 7 août 2012. Photo Droits tiers.

La Société civile du Nord-Kivu a accusé vendredi 31 août le Conseil de sécurité de l’ONU de faire preuve de laxisme envers le Rwanda, accusé de soutenir les rebelles du M23 qui déstabilisent, depuis plusieurs mois, l’Est de la RDC. Pour le vice-président de cette structure, l’ONU devrait sanctionner le Rwanda au lieu de lui demander de cesser son soutien à ces rebelles. Omar Kavota prévient que cette position de l’ONU risque de pousser les Congolais à « se prendre en charge face à l’agression ».

« Nous sommes surpris de voir que le Conseil de sécurité des Nations unies continue à dorloter le Rwanda, et déçus de voir, qu’au lieu de passer aux sanctions contre le Rwanda, le Conseil de sécurité se limite à lui dire de cesser son soutien au M23 comme si cela n’a jamais été fait », a-t-il déclaré.

Le vice-président de la Société civile a affirmé que le gouvernement congolais et tout le peuple ne devraient pas continuer à être dupe, expliquant qu’il n’y a plus d’intérêt à continuer à dialoguer avec les agresseurs, comme le Rwanda, le dialogue ayant montré ses limites, selon lui.

« En 1994, les Nations unies s’étaient abstenues d’empêcher le génocide et, aujourd’hui, elles sont entrain de retomber presque dans les mêmes erreurs du passé. Nous pensons que ce laxisme envers le Rwanda est entrain d’inciter la population à se prendre en charge face à l’agression. Et ça, le Conseil de sécurité risque de le regretter plus tard », a-t-il prévenu.

Les représentants du Rwanda et de la RDC ainsi que des experts de l’Onu auteurs du rapport accusant le Rwanda de soutenir les rebelles du M23 ont été auditionnés par le Comité des sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU à New-York.

A l’issue de cette audition, le ministre congolais des Affaires étrangères, Raymond Tshibanda, a réclamé des sanctions contre le Rwanda qui continue à nier tout soutien à ces rebelles qui déstabilisent l’Est de la RDC.

Vendredi 31 août, les enseignants congolais, réunis au sein de l’Intersyndicale de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP), ont recommandé la suspension des relations diplomatiques avec le Rwanda, l’accusant de soutenir un plan de balkanisation de la RDC.

Le même jour, deux compagnies des Forces spéciales rwandaises, engagés dans la traque des rebelles rwandais des FDLR en RDC, au côté de l’armée congolaise (FARDC), se sont retirées du territoire de Rutshuru, dans le Nord-Kivu.

Selon des sources militaires, les forces rwandaises pourraient traverser la frontière à Kibumba, à 30 Km de Goma, pour retourner dans leur pays.

Lire aussi sur radiookapi.net :

L’observateur: «Guerre à l’Est: le Rwanda non convaincant à New York»

RDC-Rwanda: les enseignants recommandent la suspension des relations diplomatiques

Le Rwanda retire environ 280 soldats de RD Congo en accord avec ce pays-Romandie

Rébellion du M23 : le Conseil de sécurité entend la RDC et le Rwanda à New york

Traque des FDLR : les FARDC et l’armée rwandaise se retirent des forces spéciales

Rébellion du M23: la RDC préconise des sanctions contre le Rwanda

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner