RDC : l’armée n’a jamais reçu un ordre de trêve ou de repli, selon le ministre de la Défense

Vice-premier ministre de la défense et des anciens combattants, Alexandre Luba Ntambo le25/03/2012 au centre supérieur militaire(CSM) à Kinshasa à l’occasion du deuxième séminaire sur la réforme de l’armée. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Des rumeurs persistantes expliquaient les défaites des Forces armées de la RDC face aux rebelles du M23 au Nord-Kivu par une série d’ordres de trêve ou de repli stratégique provenant de Kinshasa. Lundi 3 décembre au sénat, le ministre congolais de la Défense, Alexandre Luba Ntambo a démenti ces rumeurs. Selon lui, « cette désinformation viendrait peut-être du Rwanda pour nous affaiblir ».

« Au cours des combats que nous avons eus, des militaires ont prétendu qu’un ordre de trêve, de cessez-le-feu a été donné. Il y a même des gradés d’armée, des supérieurs qui l’ont affirmé. Mais donné par qui ? Il y a un militaire nationaliste qui m’a appelé et m’a posé la question de savoir si j’avais donné un ordre de cessez-le-feu. Mais de quel droit ? Par quelles compétences je peux décréter un cessez-le-feu? C’est de la rumeur. La guerre que nous faisons à l’est avec le Rwanda utilise beaucoup de manipulations. Et on dirait que notre peuple cède facilement à la manipulation », a déclaré Alexandre Luba Ntambo devant les sénateurs.

Il répondait à une question orale que le sénateur Mokonda Bonza avait adressée aux ministres des Affaires étrangères, de la Défense et au vice-ministre de l’Intérieur.

Après trois mois de cessez-le-feu de facto, les hostilités avaient repris au Nord-Kivu, le jeudi 15 novembre à Kibumba (30 km de Goma). Les FARDC avaient pris le dessus sur les rebelles tuant des dizaines d’entre eux, selon la société civile, avant que le vent ne tourne. Les rebelles avaient alors commencé leur avance prenant tour à tour les localités de Kibumba, Kibati avant de se positionner dimanche 18 novembre à Munigi (5 km de Goma) et de prendre Goma, capitale provinciale du Nord-Kivu, mardi 20 novembre dans la matinée alors que les FARDC avaient déjà quitté la ville. Les rebelles ont commencé à se retirer de Goma, samedi 1er décembre, après un appel lancé par les chefs d’Etat des Grands Lacs réunis en sommet à Kampala. Le président de la RDC, Joseph Kabila s’est engagé à écouter leurs revendications.

Sur le terrain, l’administration provinciale a commencé à se réinstaller. Régies financières et commerces reprennent déjà leurs activités à Goma.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner