RDC : le Renadhoc réclame un procès contre Gustave Bagayamukwe

Une vue de la salle d’audience du tribunal militaire ce 29/04/2011 à Kinshasa, dont au fond les juges du seant et en avant plan, les prévenus lors du procès des presumés insurgés Eniele. Ph John Bompengo/ Radio Okapi

Le Réseau national des ONG des droits de l’homme (Renadhoc) demande l’ouverture d’un procès pour juger Gustave Bagayamukwe, leader d’une rébellion, arrêté à Uvira puis transféré à Kinshasa au début du mois de février. Le secrétaire exécutif du Renadhoc, Fernandez  Murhola, a affirmé, vendredi 22 février, que le chef rebelle est détenu dans les locaux de l’Agence nationale de renseignements depuis son transfert à Kinshasa.

« Nous demandons l’ouverture d’un procès juste et équitable pour que monsieur Bagayamukwe puisse répondre de ses actes », a-t-il déclaré, soutenant que les faits qui sont reprochés au chef rebelle sont « répréhensibles au regard des lois de la République ».

« Nous les ONG des droits de l’homme, a-t-il ajouté, nous défendons tout le monde. Mais nous ne soutenons jamais qu’il y ait des gens qui créent des mouvements militaires pour déstabiliser la République ».

En outre, le secrétaire exécutif du Renadhoc a demandé à l’ANR de ne pas torturer le détenu. « Nous estimons qu’il a droit à l’intégrité physique. Il ne doit pas faire l’objet de torture », a-t-il plaidé, rappelant que le chef de l’Etat a promulgué une loi pénalisant la torture en République démocratique du Congo en 2011.

Les services de sécurité ont arrêté Gustave Bagayamukwe le 10 février dernier à Uvira. Il était le leader de l’Union des forces révolutionnaires  du Congo (UFRC), une coalition de douze groupes  armés créée à la mi-janvier dans l’Est de la RDC pour renverser le président Joseph Kabila.

Gustave Bagayamukwe avait envoyé une note en janvier 2013 au secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, dans laquelle il reprochait au président Kabila « d’avoir été mal réélu lors des élections du 28 novembre 2011 » et demandait des « poursuites judiciaires (…) pour haute trahison » contre le chef de l’Etat.

Après l’arrestation du chef rebelle, le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende a déclaré qu’il devrait être déféré « devant les tribunaux compétents pour y être jugé sans complaisance et sans faiblesse ».

« La rétribution judiciaire doit passer et il en sera comme ça de manière systématique. Les autorités judicaires sont en train de finaliser le dossier [de Gustave Bagayamukwe]. On vous informera devant quelles autorités il sera appelé à comparaître mais la rétribution judiciaire doit passer », a affirmé le ministre le 11 février dernier.

Lire la suite sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner