Nord-Kivu : 37 morts dans les combats entre l’armée et les miliciens de l’APCLS à Kitshanga

Deux militaires de Fardc avec des armes lourdes, lors du défilé du 30 juin 2010 à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Trente-sept personnes ont été tuées et plus de soixante-dix autres blessées dans les combats qui ont opposé mercredi 26 février l’armée aux miliciens de l’Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APCLS) à Kitshanga, à 80 km de Goma, en territoire de Rutshuru (Nord-Kivu). Parmi les morts, les sources militaires parlent de dix civils, vingt combattants de l’APCLS et sept militaires des Forces armées de la RDC (FARDC). Ces derniers affirment avoir repris le contrôle de la cité de Kitshanga.

Toujours selon des sources militaires, quelques tirs sporadiques à l’arme lourde sont encore entendus ce jeudi à la périphérie de la cité.

Parmi les civils blessés, soixante sont actuellement soignés au centre de santé Saint-Benoît de Kitchanga. Une dizaine d’autres, se trouvant dans un état plus grave, ont été évacués vers Goma par la Mission des Nations unies en RDC, Monusco.

La police affirme qu’au moins trois mille personnes, qui ont fui ces violences, se sont regroupées autour de la base de la Monusco de Kitshanga.

De son côté Le porte-parole des FARDC précise qu’un officier supérieur du 812e régiment a trouvé la mort dans ces combat, et qu’une trentaine de maisons ont aussi été incendiées.

Toujours selon la même source, quelques combattants de l’APCLS se seraient rendus à la Monusco avant de se retirer vers Kibatshiro, à 7 km à l’ouest de Kitshanga.

Les FARDC continuent de poursuivre les miliciens dans cette région où le commandant de la 8e région militaire, le général Bauma, s’est rendu afin de s’enquérir de la situation sur terrain, ajoute la même source.

Selon des sources locales, les miliciens avaient tenté de lancer, mercredi 27 janvier, une attaque contre le camp de déplacés de Kayé, qui héberge des réfugiés congolais de retour du Rwanda.

Les miliciens accusent ces retournés, qui seraient armés de fusils, d’avoir assassiné un de leurs responsables mardi soir au quartier Mberere. C’est suite à l’interposition des FARDC que se seraient déclenchés ces affrontements.

Des sources locales renseignent que la cohabitation demeure difficile depuis le début de l’année, entre les FARDC qui contrôlent la partie Ouest de Kitshanga, et les APCLS qui sont à l’Est.

Lire aussi sur radiookapi.net :

Katanga : afflux de déplacés après des combats entre l’armée et des miliciens à Kinsevere

Shabunda : la milice Raïa Mutomboki occupe 95% du territoire, selon son administrateur

Nord-Kivu: violents combats entre FARDC et la milice APCLS à Kitshanga

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner