Nord-Kivu: le gouvernement appelé à mettre fin à l’activisme des groupes armés à Masisi

Jeunes homme armées dans le Nord-Kivu.

Les habitants de Kibirizi, Mutanda, Bwalanda, Nyanzale et Mweso, en territoire de Masisi (Nord-Kivu) ont appelé, lundi 29 avril, le gouvernement à mettre fin à l’activisme des groupes dans cette partie du Nord-Kivu.

Des sources locales accusent les Maï-Maï, les FDLR, les Forces du peuple congolais (FPC), et le M26 d’un certain commandant Kasongo de créer l’insécurité dans cette contrée.

Selon les mêmes sources, ces habitants n’ont plus accès à leurs champs et la plupart d’entre eux ont abandonné leurs habitations afin de trouver refuge dans les grandes cités de Rutshuru.

Ces groupes armés inquiètent non seulement les populations, mais également les autorités locales de Masisi.

«Malgré cette insécurité, les grandes cités de Rutchuru sont relativement calmes. Cette accalmie s’explique par la présence depuis neuf mois, de la force multinationale en Afrique centrale, FOMAC, dans la chefferie de Bwito», a indiqué le chef de poste d’encadrement administratif de Kibirizi, Bisimwa Dunia.

Ces groupes armés s’illustrent par des enlèvements, viols, extorsions et plusieurs autres traitements dégradants contre la population civile du Nord-Kivu.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner