La RDC ne dispose pas de données sur le taux de prévalence du Sida, selon son ministre de la Santé

Le ministre de la Santé publique, Félix Kabange Numbi le 22/04/2013 à Kinshasa, lors du lancement de la semaine Africaine de la vaccination. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Le ministre congolais de la Santé, Felix Kabange Numbi, a déclaré le lundi 24 juin que sur la carte mondiale présentant les données de prévalence de cette maladie par pays, la place de la RDC est blanche. « Non pas qu’il n’y a pas de virus mais parce que les données ne sont pas disponibles », a-t-il expliqué lors de l’ouverture de la deuxième conférence nationale sur la lutte contre les maladies sexuellement transmissibles et le VIH/Sida à Lubumbashi.

Aux dernières statistiques de 2007, a affirmé Felix Kabange Numbi, le pays a été présenté avec une prévalence de 1,3 %. « Mais ces résultats ont été contestés par le pays du fait de certaines erreurs méthodologiques. Dès lors une grande guéguerre s’est engagée entre le pays et les organisations internationales si bien que le pays apparait sans données », a-t-il poursuivi.

Pour le Programme nationale multisectoriel (PNMLS), la situation sur le terrain démontre bien que la RDC a un taux de prévalence élevée dans certaines villes comme Lodja, Tshikapa, Lubumbashi, Kasumbalesa, Fungurume et les  provinces de l’Est du pays.

Mais le docteur Liévin Kapend regrette que l’opinion ne soit pas suffisamment informée sur cette pandémie.

« Les jeunes ne maitrisent pas encore les notions de prévention et de lutte contre le VIH. Les professionnelles de sexe sont aussi vulnérables. En plus l’utilisation des préservatifs n’est pas optimale », déplore-t-il.

Le thème retenu cette année pour cette deuxième conférence nationale sur la lutte contre les maladies sexuellement transmissibles et le VIH/Sida est « Ensemble pour une génération sans sida ».

A la fin de ces assises de trois jours, des résolutions seront prises pour permettre au  gouvernement congolais de mettre en place une politique de lutte contre la pandémie du Sida.

Pour le bureau d’appui à l’Afrique de l’Ouest et du Centre de l’ONU-Sida, arriver à une génération sans sida nécessite un engagement concret du gouvernement, des stratégies uniformes de lutte et un dynamisme des partenaires.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner