L’abbé Malu-Malu démis de ses fonctions de directeur de l’Institut panafricain Cardinal Martino

Abbé Apollinaire Malu Malu Muholongu le 04/06/2013 à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Réunis en assemblée plénière du 24 au 28 juin à Kinshasa, les évêques membres de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) ont démis l’abbé Malu-Malu de ses fonctions de directeur général de l’Institut panafricain Cardinal Martino. La Cenco indique que cette décision est consécutive à la désignation de ce prêtre comme président de la Commission électorale nationale indépendante malgré la mise au point de la conférence épiscopale du 13 mai dernier.

Cette mise au point rappelait « les normes de l’Eglise catholique et la position commune de évêques qui interdisent formellement aux ecclésiastiques dans notre pays de prendre activement part aux partis politiques et associations à caractère politique ainsi qu’à la direction des institutions étatiques, quel qu’en soit le niveau, chargées d’organiser les élections dans notre pays ».

« En cohérence avec ces normes, indique la Cenco dans un communiqué publié ce samedi 29 juin, les évêques réaffirment qu’ils n’ont présenté aucun ecclésiastique à la Ceni ».

Dans le même document, la Cenco indique également que l’abbé Malu-Malu « qui a opté d’œuvrer au sein de la Ceni sera pris en charge par son évêque qui appliquera à son endroit les sanctions canoniques qui s’imposent ». L’abbé Malu-Malu est du diocèse de Butembo-Beni.

« Ce cas déplorable de Mr l’abbé Malu-Malu a donné aux évêques membres de la cenco, l’opportunité d’exhorter et de rappeler à tous les ecclésiastiques (prêtres, religieuses et religieuses) la noblesse de leur identité dans l’Eglise et l’impératif d’honorer ses exigences dans leur vie et leur ministère », ajoute le communiqué.

Le 13 mai dernier, le deuxième secrétaire général adjoint de la Cenco, abbé Félicien Mwanama, avait déclaré que les prêtres et religieux qui seront désignés membres de cette commission iraient à l’encontre « des dispositions canoniques » de l’Eglise catholique. Mais, avait-il précisé, un évêque peut, « à certaines conditions », accorder une dérogation à un prêtre pour se porter candidat.

Au début du mois de juin, l’Assemblée nationale a entériné la composition de la commission électorale, portant l’abbé Malu-Malu à la présidence de cette institution.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner