Concertations nationales : deux groupes thématiques ont achevé leurs travaux

Ouverture des concertations nationales par le Président Kabila le 7/09/2013 à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

A deux jours de la fin des travaux des concertations nationales, seuls deux des cinq groupes thématiques ont déposé leurs rapports au présidium. Il s’agit du groupe Conflit communautaire, paix et réconciliation ainsi que Décentralisation et le renforcement de l’autorité de l’État. Le contenu de ces rapports n’a pas été publié mais selon Adolphe Lumanu, co-modérateur du groupe Décentralisation, le rapport de son groupe contient au moins 80 recommandations formulées par les délégués.

Du côté de la thématique Gouvernance, démocratie et réformes institutionnelles, le rapport final est en cours d’élaboration. Mais certains délégués interrogés jeudi déplorent l’absence de débat sur les questions de fonds.

Accusation balayée du revers de la main par Michel Bongongo, le co-modérateur du groupe.  « Nous avons abordé le problème de fond. Le premier problème de fond est le déficit de la cohésion nationale. Vous verrez quand le document sortira puisque nous sommes à l’étape de l’élaboration », se défend-il, expliquant qu’il ne peut pas révéler les conclusions de son groupe thématique.

Michel Bongongo assure que les sujets retenus ont été soumis au débat, mais il estime par ailleurs que les délégués ne viennent pas « pour parler mais pour trouver des solutions en échangeant, en dialoguant ».

L’opposition se retire encore de la thématique désarmement

Au moment où certains groupes thématiques déposent leurs rapports, l’opposition a encore suspendu sa participation de la thématique Désarmement, démobilisation, réinsertion sociale ou rapatriement.

Les opposants réclament une nouvelle fois la participation aux travaux des représentants des groupes armés actifs.

Ils s’étaient déjà retirés des travaux une première pour la même raison avant de reprendre à siéger après une promesse du présidium de traiter la question.

L’organe qui préside ces assises a finalement invité les ex-groupes armés en qualité d’experts. Visiblement déçus par cette décision du présidium, les opposants se retirent à nouveau des discussions et réclament cette fois l’intervention de l’accompagnateur extérieur.

« Le présidium n’a qu’à actionner l’accompagnement extérieur », explique Lisanga Bonganga. Le président du Congo Brazzaville, Denis Sassou Nguessou, avait été désigné « accompagnateur à la carte » des concertations nationales.

Ces opposants réclamant également la libération de Willy Mishiki qui est venu à Kinshasa pour le compte des  groupes armés. Ce représentant des Maï-Maï à Walikale serait arrêté depuis son arrivée dans la capitale. Il avait dénoncé au début des concertations l’exclusion des groupes armés.

« Nous ne voyons pas comment on peut parler de la paix à l’est du Congo sans impliquer les acteurs principaux, les groupes armés, qui actuellement, contrôlent 70 % de l’est de la RDC », avait-il confié à RFI.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner