Vital Kamhere dénonce une politisation de l’affaire qui l’oppose à Wivine Moleka

Vital Kamerhe, président du parti Union nationale pour le Congo en février 2010 à Bruxelles.

Le président de l’Union pour la nation congolaise (UNC), Vital Kamerhe, dénonce une politisation de l’affaire qui l’oppose à la députée Wivine Moleka devant le Tribunal de paix de la Gombe. Il affirme que le ministère public a requis mardi 4 février trois ans de prison ferme contre lui alors qu’un arrangement à l’amiable a déjà été conclu entre les deux parties et acté par le tribunal. Pour sa part, la députée nationale Wivine Moleka exige, pour clore l’affaire, de recevoir des excuses officielles de Vital Kamhere pour l’avoir accusée d’avoir fraudé les élections législatives de 2011.

Vital Kamhere se dit surpris du réquisitoire du Ministère public. Pour lui, les juges jouent le jeu de certains politiques qui aimeraient le voir disqualifié pour les prochaines échéances électorales en RDC, notamment la présidentielle de 2016.

«Pour éviter de tendre le flan à l’ennemi, parce que j’ai compris que la politisation a commencé autour de cette affaire, Mme Wivine Moleka m’a proposé un arrangement à l’amiable que j’ai accepté. J’ai payé l’argent. Le reçu a été rendu pendant le procès. L’arrangement a l’amiable, la transaction, comme on le dit en droit, a été signé. Force a été de constater, et nous avons été surpris, que le juge et le ministère public ont persisté et signé alors que l’affaire, au niveau du Tripaix [Tribunal de paix] de Gombe, avait été renvoyé à Ngaliema, tout en mentionnant dans le jugement que Mme Wivine Moleka s’était désistée», a-t-il expliqué.

Vital Kamhere a toutefois affirmé faire confiance en la justice congolaise malgré, selon lui, la manipulation de certains juges.

«On ne comprend pas ce qui se passe et on dit pour ça que je dois faire trois ans de prison. Voila pourquoi je suis revenu. Qu’ils me prennent et qu’ils me mettent en prison», a-t-il ajouté.

Excuses officielles

L’avocat-conseil de la députée Wivine Moleka, Me Gerard Ledy, a reconnu qu’il y a eu arrangement à l’amiable sur deux des trois dossiers pendants au Tribunal. Quant au dernier, il ne sera clos que par les excuses officielles de Vital Kamhere, a-t-il expliqué.

«Il était question de voir la bonne foi de la partie adverse pour qu’il présente les excuses officiellement. Ce qui n’a pas été fait. Elle [Wivine Moleka] ne demande que des excuses parce qu’elle a été diffamée, comme quoi, elle aurait fraudé aux élections», a-t-il expliqué.

Me Gerard Ledy affirme cependant que sa cliente est prête pour que ce problème soit résolu au plus tôt.

«Il y a un adage qui dit en droit : mieux vaut un mauvais arrangement qu’un bon procès. Ce sont des fils du pays, des opérateurs politiques. Je crois que dans l’intérêt de tous, il n’y a pas de mal qu’ils se retrouvent pour régler un litige», a-t-il expliqué.

Mme Wivine Moleka a été élue député nationale pour le compte du district de la Lukunga, à Kinshasa, lors des élections législatives de 2011.

A l’issue de ces élections couplées, Vital Kamhere était arrivé troisième à la présidentielle, derrière son ancien allié, le président sortant Joseph Kabila, et l’opposant historique Etienne Tshisekedi.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Concertations nationales : Vital Kamhere décline l’invitation de Joseph Kabila

Vital Kamerhe : « Boshab n’a pas qualité pour nous convoquer »

RDC : Vital Kamerhe appelle le gouvernement à négocier avec les mutins

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

RDC (171)
Ebola (63)
FARDC (49)
FCC (30)
Beni (29)
Ceni (29)
Kinshasa (28)
Unpc (27)
UDPS (25)
Corruption (23)
Monusco (22)
Sécurité (21)
Butembo (21)
élection (19)
CSAC (18)
Maï-Maï (18)